Consommation de bois en zones humides du complexe ouest du Bénin : besoins et gestion locale des formations ligneuses

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Kasso Daïnou
Cédric Vermeulen
Jean-Louis Doucet

Résumé

L'étude propose une estimation de la consommation de bois dans les villages du complexe ouest des zones humides du Sud-Bénin. Les enquêtes ont été réalisées dans dix villages. Les résultats montrent l'existence de deux zones distinctes du point de vue de l'intensité de la consommation de bois et des espèces utilisées. Dans la zone 1 composée des villages bordant la mangrove, Cocos nucifera, quoique peu appréciée, est l'espèce la plus consommée des dix-huit ligneux utilisés comme combustible. Soixante-douze espèces de bois d'énergie sont recensées dans la zone 2 regroupant les villages de terre ferme. Azadirachta indica y est l'espèce la plus consommée et appréciée. Les indices de consommation moyens de ces deux zones sont respectivement de 0,88 kg/j/p et de 1,26 kg/j/p. En matière de construction, les espèces précédemment citées sont une nouvelle fois majoritairement utilisées : C. nucifera et Rhizophora racemosa dans la zone de mangrove, A. indica en milieu de terre ferme. En moyenne, une personne dispose d'une surface bâtie de 8,84 m2 nécessitant environ 117 dm3 de bois. Pour le bois d'oeuvre, le complexe dépend presque entièrement de l'extérieur. Tenant compte de la population du complexe et de ses besoins, de l'état et de la productivité de ses formations boisées, l'étude prévoit une situation de dégradation sérieuse de la végétation en zone 2. Des mesures de sensibilisation et de reboisement urgentes sont préconisées pour réduire la dépendance de cette région vis-à-vis des autres contrées du pays. (Résumé d'auteur)

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique