https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/issue/feed BOIS & FORETS DES TROPIQUES 2021-08-20T14:44:47+02:00 Jean-François Trébuchon bft@cirad.fr Open Journal Systems <p><span style="font-family: Helvetica, Arial, sans-serif;">En libre accès, et gratuite, cette revue internationale publie des articles des sciences et techniques de la foresterie en régions chaudes évalués par les pairs en double-aveugle.<br></span></p> https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31934 Effets d'un siècle de mobilité villageoise sur la dynamique paysagère d'une mosaïque forêt-savane en République démocratique du Congo 2021-08-16T11:54:23+02:00 Christophe DEMICHELIS christophe.demichelis@gmail.com Johan OSZWALD johan.oszwald@univ-rennes2.fr Arthur BOSTVIRONOIS 0arthur.bostvironnois0@gmail.com Clélia GASQUET-BLANCHARD clelia.gasquet@ehesp.fr Victor NARAT victor.narat@mnhn.fr Jean-Christophe BOKIKA ongmboumontour7@gmail.com Tamara GILES-VERNICK tamara.giles-vernick@pasteur.fr <p>Sur les lisières de la forêt du Bassin du Congo, où les mosaïques de forêt et de savane dominent les formations écologiques, il est important de connaître le mode d'évolution de ces mosaïques, notamment pour mieux protéger la forêt. Les savanes sont-elles le résultat de la déforestation, ou ont-elles été envahies par des îlots forestiers&nbsp;? Compte tenu de l'ancienneté de l'occupation humaine dans cette région, cette question doit être abordée par le biais des relations humaines avec l’environnement au cours du temps. Le rapprochement entre les histoires orales sur la mobilité villageoise et l'analyse géographique d'une mosaïque forêt-savane en territoire Bolobo (RDC) renseigne sur la dynamique paysagère de la région. La présente étude s'est basée sur neuf mois d'observation participative quotidienne des pratiques d'utilisation des sols, 40&nbsp;entretiens individuels et&nbsp;18&nbsp;groupes de réflexion mis en place pour analyser l'évolution de la mobilité villageoise de la fin du 19<sup>e</sup> siècle à nos jours. Plusieurs cartes ont été produites en intégrant les histoires orales sur la mobilité villageoise passée et l'évaluation de&nbsp;44&nbsp;repères GPS correspondant à d'anciens villages. Deux analyses en composante principale (ACP) sur la composition paysagère d'une zone tampon dans un rayon de 250&nbsp;m autour des repères GPS, selon une carte du couvert terrestre qui distingue 11&nbsp;catégories paysagères, ont permis de documenter l'envahissement d'anciens villages abandonnés par la forêt et l'effet de la distance depuis les villages actuels. Le couvert forestier s'est étendu dans les villages abandonnés et dans la savane en conséquence d'une eutrophisation environnementale favorisant l'installation de la forêt. L'exploitation forestière décroît à mesure que l'on s'éloigne des villages actuels en raison de la transition d'un mode d'existence semi-sédentaire dans des petits hameaux vers une existence entièrement sédentaire dans des village étendus plus grands. Les transformations des modes d'existence pendant et après la colonisation ont provoqué un déclin de la qualité des biens environnementaux et du bien-être des populations humaines. Ces constats peuvent contribuer à une meilleure sensibilisation sur des pratiques et des besoins parfois méconnus dans&nbsp;les efforts des ONG pour la conservation et le développement.</p> 2021-06-22T15:10:41+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31923 Optimiser l'usage de glands pour l'alimentation du bétail en Tunisie : évaluation et impact sur la régénération naturelle 2021-07-06T10:28:05+02:00 Boutheina STITI stitibou@gmail.com Mariem KHALFAOUI khalfaouimaryem@gmail.com Salima BAHRI bahrisalima85@gmail.com Abdelhamid KHALDI khalditn@yahoo.fr <p class="BFT-Textes">Dans les forêts méditerranéennes, outre les conflits d'usage entre gestionnaires et populations locales souvent pauvres et dépendantes de leur bétail pour vivre, le coût des matières premières fourragères est de moins en moins supportable pour les paysans. Il est de plus en plus admis que l'utilisation raisonnée de glands permet de réduire les coûts de l'alimentation animale tout en favorisant une gouvernance participative et durable des peuplements. La présente étude vise à réaliser une évaluation quantitative, qualitative et économique du potentiel des glands dans une suberaie du nord-ouest de la Tunisie et à étudier leur impact post-dispersion sur la régénération naturelle. Les quantités ont été estimées en novembre et en février, respectivement, pour les glands récoltés sur les arbres et ramassés au sol. Un suivi chrono-dépendant a également été mené entre l'automne 2014 et le printemps 2015. Les résultats montrent une baisse significative de la quantité des glands, qui passe de 5,28&nbsp;±&nbsp;4,61&nbsp;t/ha en novembre à 0,684&nbsp;±&nbsp;0,1&nbsp;t/ha en février. Toutefois, cette baisse ne compromet pas les premiers stades de la régénération naturelle des chênes-lièges, puisque le pourcentage de glands inaptes à la germination a été estimé à 37&nbsp;% seulement fin février et le nombre moyen à 40&nbsp;000&nbsp;plantules par hectare en avril. Un modèle ajusté a permis d’établir une estimation prévisionnelle de la production de glands et d'identifier le système agroforestier le mieux adapté pour optimiser l'usage des glands. Les données sur la quantité et la qualité indiquent que les glands d'automne seraient à affecter aux pépinières et au bétail et les glands plus tardifs à la faune sauvage et la régénération naturelle.</p> 2021-06-22T16:38:42+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31913 Tendances minimalistes dans la gestion des forêts tropicales au Mexique : motivations et expériences 2021-08-16T11:54:56+02:00 Martin Alfonso MENDOZA B. mmendoza@colpos.mx Angélica NAVARRO-MARTÍNEZ manava@ecosur.mx Carl W. MIZE carlmize@gmail.com Gerson Daniel ALDUCIN CHÁVEZ gerson.alducin@inecol.mx Patricia NEGREROS-CASTILLO pnegreros@uv.mx <p class="BFT-Textes">Les zones forestières tropicales de par le monde sont confrontées aux mêmes problèmes, tels que la dégradation et une régénération insuffisante suite à l'exploitation. La culture itinérante sur brûlis, mode de gestion traditionnel des Mayas, est aujourd'hui reconnue comme un moyen efficace de régénération des peuplements multi-espèces en zone forestière tropicale. La pratique des cultures sur brûlis au Mexique a donné lieu à une réglementation par zonage, si bien que la valeur du foncier est devenue un moyen commode pour évaluer différents plans d'exploitation forestière. En utilisant la valeur attendue du foncier comme indicateur de performance, le gestionnaire porte davantage son attention sur les arbitrages financiers entre la liquidation ou la rétention de la biomasse sur pied que sur la gestion d'un peuplement mixte. Le stock résiduel sur l'ensemble de la forêt étant très important, la valeur du foncier prime sur les revenus des ventes de bois. Plusieurs méthodes de gestion forestière allant dans ce sens sont apparues dans les régions tropicales du Mexique depuis une trentaine d'années, et représentent un mode de gestion patrimonial (GP). Le présent article décrit l'innovation générée peu à peu par ces modes de gestion, ainsi que des exemples de pratique en mode GP. Aujourd'hui, ces méthodes sont appliquées à la gestion de 155&nbsp;814&nbsp;ha au total dans différentes régions du Mexique. Leurs performances seront visibles à terme ; en attendant, l'adoption du mode GP par les propriétaires privés et les instances de réglementation est perçue comme un avis positif et indépendant sur la conception du mode GP. L'expérience mexicaine suggère des voies pour la gestion raisonnée de tous les types de forêts. Les éléments qui méritent réplication comprennent, par exemple, la prise en compte des formes de perturbation comme facteurs de décision, ainsi que l'adoption de régimes sylvicoles spécifiques pour les routes, zones boisées, forêts denses, sommets de colline, marécages, zones ripicoles, clairières et lisières.</p> 2021-06-22T15:36:57+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36743 Impacts des affectations des terres sur la structure des peuplements de Bombax costatum en zone soudanienne du Bénin 2021-08-16T11:56:30+02:00 Gnido Amandine ASSOGBA sedjro11@gmail.com Adandé Belarmain FANDOHAN bfandohan@gmail.com Kisito GANDJI gkisito@gmail.com Kolawolé Valère SALAKO salakovalere@gmail.com Aristide ADOMOU adomou.a@gmail.com Achille Ephrem ASSOGBADJO assogbadjo@gmail.com <p><em>Bombax costatum</em> est une espèce agroforestière menacée de disparition du fait des fortes pressions anthropiques qu’elle subit par le prélèvement de son calice. La présente étude a pour objectif d’évaluer l’influence des modes d’affectation des terres sur les caractéristiques dendrométriques, les types morphologiques et la phénologie de <em>B. costatum</em> dans la Réserve de biosphère de la Pendjari (RBP). Quatorze placeaux de 200&nbsp;m&nbsp;×&nbsp;200&nbsp;m répartis dans quatre modes d’affectation des terres (zone d’occupation contrôlée, chaîne de l’Atacora, zone cynégétique de la Pendjari et Parc national de la Pendjari) de la RBP ont été inventoriés. Les données telles que le diamètre à hauteur de poitrine, la hauteur totale, le nombre d’individus, l’aspect de l’écorce et la couleur des fleurs ont été collectées. Les caractéristiques structurales de <em>B. costatum</em> ont été évaluées à trois niveaux&nbsp;: les paramètres dendrométriques dont la densité, le diamètre moyen, la surface terrière et la hauteur moyenne&nbsp;; les structures en diamètre&nbsp;; la distribution de fréquence des différents types morphologiques obtenus (aspect de l’écorce, couleur de la fleur). Pour tester les différences entre les modes d’affectation des terres, une ANOVA, une analyse log-linéaire et une analyse de covariance ont été effectuées respectivement sur les paramètres dendrométriques et les types morphologiques suivant les modes d’affectation des terres. Le mode d’affectation des terres a un effet significatif (P&nbsp;&lt;&nbsp;0,05) sur la densité des individus adultes, le diamètre moyen, la hauteur moyenne, les types morphologiques et la phénologie de <em>B.&nbsp;costatum</em>. La densité des individus adultes est plus élevée dans les zones d’occupation contrôlée et la chaîne de l’Atacora. Il ressort des résultats que l’espèce a encore un potentiel semencier qui assure sa pérennisation mais qu’une utilisation contrôlée est nécessaire pour sa conservation durable.</p> 2021-06-29T09:33:33+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36750 Étude des propriétés technologiques d’un composite bois-plastique élaboré au Bénin 2021-07-09T14:46:11+02:00 Togbé Armel AMADJI amadjitarmel@gmail.com Edmond Codjo ADJOVI adjed2012@gmail.com Jean GÉRARD jean.gerard@cirad.fr Jonathan BARÉS Jonathan.bares@umontpellier.fr Vincent HUON vincent.huon@umontpellier.fr <p>Au Bénin, les déchets issus de la transformation du bois sont très insuffisamment valorisés dans une perspective de réutilisation par l’industrie du bois. Les technologies de transformation de ces produits connexes, économiquement accessibles aux populations des pays en développement, constituent un domaine très peu abordé dans la littérature internationale. Dans le présent travail, un matériau constitué d’un mélange de sciure de bois de teck et de pâte de polystyrène recyclés, suivant une technologie simple à mettre en œuvre et de type <em>low-tech</em>, a été caractérisé. Les résultats obtenus ont montré que les propriétés du composite varient significativement avec la granulométrie de la sciure utilisée. La masse volumique apparente du matériau est comprise entre 686 à&nbsp;826&nbsp;kg/m<sup>3</sup>, son taux d’absorption d’eau est inférieur à 15&nbsp;% et son taux de gonflement en épaisseur est inférieur à 5&nbsp;% après 24&nbsp;heures d’immersion. Une corrélation élevée a été observée entre ses propriétés physiques et sa porosité qui varie de 34 et&nbsp;43&nbsp;% suivant la granulométrie des sciures de bois utilisées. Le composite présente un module d’élasticité en traction compris entre 582 à&nbsp;1&nbsp;057&nbsp;MPa, une résistance en traction comprise entre 2 et&nbsp;3&nbsp;MPa et un coefficient de Poisson variant de 0,14 à&nbsp;0,24. En compression, son module d’élasticité varie entre 270 à&nbsp;470&nbsp;MPa et sa résistance entre 6 à&nbsp;9&nbsp;MPa.&nbsp;Une mise en œuvre du composite ainsi élaboré peut être envisagée en substitution du bois pour des éléments faiblement chargés comme des pièces de coffrage de construction légère.</p> 2021-07-05T11:58:06+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36751 Dynamique contrastée de la compaction d’un ferralsol après une défriche mécanisée alternative en Guyane française 2021-08-16T11:57:25+02:00 Xavier GUERRINI xguerrini@gmail.com Vincent FREYCON vincent.freycon@cirad.fr Alexandre de HALDAT du LYS alexandre.dhdl@gmail.com Éric, André NICOLINI eric-andre.nicolini@cirad.fr <p>Le changement d’usage des terres et l’impact de l’anthropisation sur les milieux forestiers tropicaux sont en progression constante sous les tropiques et en Guyane française. Ces changements sont souvent accompagnés de défriches mécanisées qui favorisent la compaction du sol. Notre objectif était de suivre l’évolution de la compaction du sol d’une parcelle de forêt naturelle exploitée (7&nbsp;ha) soumise à une défriche mécanisée alternative (itinéraire « <em>chop and mulch</em>&nbsp;», couvert herbacé de <em>Stylosanthes guianensis</em>), puis replantée de quatre espèces forestières commerciales. Sur cet espace présentant finalement diverses couvertures de sol (sol nu, mulch, couvert herbacé), nous avons mesuré la densité apparente jusqu’à 30 cm de profondeur et effectué le test d’infiltration simplifié de Beerkan lors de trois campagnes : avant, juste après et neuf mois après la défriche. Avant la défriche, les sols avaient une très bonne capacité d’infiltration (111 cm/h), étaient peu denses à 0-5 cm de profondeur (0,88) et denses à 5-30 cm (1,19 à 1,40). Juste après la défriche, les sols avaient une capacité d’infiltration très réduite (2 cm/h) et leur couche de surface avait été fortement compactée (1,28) contrairement aux couches plus profondes (1,41 à 1,49). Neuf mois après la défriche, les sols avaient retrouvé une très bonne capacité d’infiltration (149 cm/h), particulièrement sous le couvert herbacé de <em>S.&nbsp;guianensis,</em> et leur couche de surface avait retrouvé une densité proche de l’état initial (1,01), contrairement aux couches plus profondes (1,46 à 1,58). De futures recherches sont nécessaires pour expliquer le retour rapide à l’état initial de la couche de surface et estimer la contribution relative de la macrofaune du sol, des racines et de la fissuration.</p> 2021-07-06T10:14:38+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36399 Vingt-deux espèces d’arbres autochtones plantées en arboretum à Korhogo au nord de la Côte d’Ivoire : trois décennies de suivi 2021-08-16T11:57:57+02:00 Dominique LOUPPE dominique.louppe@cirad.fr N’klo OUATTARA nklo.ouattara@gmail.com Anatole N’GUESSAN KANGA nguessan_kanga@yahoo.fr Irié ZO-BI casimir.zo@inphb.ci Fabrice TIÉOULÉ tieoulefabrice@gmail.com Assandé AHOBA ahauba@yahoo.fr Brahima COULIBALY coulibaly.brahima@cnra.ci Bruno HÉRAULT bruno.herault@cirad.fr <p>En Afrique tropicale, dans les plantations forestières, la majorité des espèces autochtones ont été délaissées au profit d’espèces exotiques à croissance initiale rapide. Cette tendance est encore plus marquée dans les zones soudanienne et soudano-guinéenne à longue saison sèche. Ainsi s’explique le manque de connaissances sur les potentialités et la sylviculture des espèces d’arbres autochtones ou «&nbsp;locales&nbsp;». Pour contribuer à l’acquisition de ces connaissances indispensables, un arboretum de 2,56&nbsp;ha a été installé en 1990 à proximité de Korhogo dans le nord de la Côte d’Ivoire. Sa particularité réside dans la mise en place de grandes parcelles de&nbsp;1&nbsp;596&nbsp;m² avec&nbsp;224&nbsp;plants par espèce afin d’y mener une sylviculture qui conserverait de 10 à&nbsp;16&nbsp;arbres adultes de chaque espèce, exploitables notamment pour le bois d’œuvre, au terme de la révolution. Par manque de maîtrise des techniques de pépinière pour certaines espèces, seules 12&nbsp;espèces sur&nbsp;22 ont été plantées avec les 224&nbsp;plants prévus au départ. Les résultats sont présentés pour l’ensemble des espèces testées, aussi bien en pépinière qu’en plantation. Cet arboretum a été régulièrement suivi jusqu’en&nbsp;1999 puis ne l’a plus été en raison des évènements politiques qui ont perturbé la bonne administration du pays. Une campagne de mesures a été diligentée en novembre&nbsp;2019 qui a permis notamment de tirer des conclusions intéressantes sur l’aptitude de&nbsp;15&nbsp;espèces à croître en peuplements équiennes monospécifiques, dont deux (<em>Pterocarpus erinaceus</em> Poir. et <em>Anogeissus leiocarpa</em> (DC.) Guill. &amp; Perr.) qui montrent une productivité remarquable. L’ensemble des données recueillies depuis la récolte des graines et tout au long de la vie de l’arboretum sont présentées ici et discutées dans l’espoir que les sylviculteurs de cette zone phytogéographique en tirent le meilleur profit. Les enseignements acquis doivent servir à la restauration des forêts et des paysages grâce aux reboisements auxquels les États se sont engagés pour lutter contre les variations climatiques, la perte de biodiversité et la dégradation des services écosystémiques aux populations.</p> 2021-06-21T17:20:46+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36752 Descriptif technique du bois d'essence tropicale - Le Niové 2021-08-16T11:58:46+02:00 Jean GÉRARD jean.gerard@cirad.fr <div id="summary" class="article-summary"> <div class="article-abstract"> <p>Extrait de l’Atlas des bois tropicaux – Caractéristiques technologiques et utilisations<br>J. Gérard (coord), D. Guibal (au.), J.-C. Cerre (au.), S. Paradis (au.), et 40 auteurs, 2016.<br>Éditions Quæ, 1000 p.</p> </div> </div> 2021-07-07T16:22:40+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36754 Descriptif technique du bois d'essence tropicale – L'ébiara 2021-08-16T11:59:38+02:00 Jean GÉRARD jean.gerard@cirad.fr <p>Extrait de l’Atlas des bois tropicaux – Caractéristiques technologiques et utilisations<br>J. Gérard (coord), D. Guibal (au.), J.-C. Cerre (au.), S. Paradis (au.), et 40 auteurs, 2016.<br>Éditions Quæ, 1000 p.</p> 2021-07-07T16:24:32+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36756 Mesure et suivi de la dynamique du couvert forestier : cas de l'écorégion des forêts humides de l’Est de Madagascar 2021-07-12T13:57:28+02:00 Fety Abel RAKOTOMALALA f.rakotomalala@nitidae.org <p class="BFT-Textes">La quantification fine et à large échelle des dynamiques du couvert forestier est indispensable dans la gestion des ressources naturelles. Elle fournit les connaissances pour lutter contre la perte de la biodiversité et réduire les émissions de gaz à effet de serre. À Madagascar, plusieurs études récentes ont montré l’importance de la déforestation, principalement liée à l’agriculture par abattis-brûlis. Cependant, la définition nationale des forêts n’a jamais été prise en compte dans leur processus de traitement des données. Par ailleurs, il n’existe pas ou peu d’informations sur l’étendue et l’importance des processus de dégradation et de régénération forestières. Ainsi, l’objectif de la présente thèse consiste à quantifier la déforestation, la dégradation et la régénération forestières dans l’écorégion des forêts humides de l’Est de Madagascar entre 2000 et 2015. Une approche basée sur la détection de changements d’images multidates a été appliquée pour estimer et analyser le niveau de déforestation. L’estimation de la dégradation et de la régénération a principalement été effectuée en faisant simultanément l’analyse de l’évolution du couvert et du stock de carbone forestier. La déforestation a été estimée à&nbsp;90&nbsp;171 ha/an entre 2000 et 2005, à&nbsp;27&nbsp;103 ha/an entre 2005 et 2010, à 33&nbsp;978&nbsp;ha/an entre 2010 et 2013 et&nbsp;à&nbsp;80&nbsp;626&nbsp;ha/an entre 2013 et 2015. La dégradation forestière a été estimée à&nbsp;20&nbsp;327&nbsp;ha/an et la régénération à&nbsp;7&nbsp;997&nbsp;ha/an entre 2000 et 2015. La validation de ces résultats a été réalisée par inspection visuelle des points sur des images de haute résolution spatiale. La précision globale de la carte de déforestation a été évaluée à 90&nbsp;% tandis que, pour la dégradation et la régénération, elle a été estimée à 88,5&nbsp;%. La présente thèse propose ainsi des éléments méthodologiques innovants associant l’analyse des données de télédétection spatiale et des données de terrain pour le suivi de la déforestation, la dégradation et la régénération forestières à Madagascar. Elle contribue également à fournir les informations statistiques nécessaires à la mise en place du système national de suivi du couvert forestier.</p> 2021-07-09T14:02:46+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36760 Conférence internationale 2021-08-18T12:18:06+02:00 JF Trébuchon trebuchon@cirad.fr <p>New dates for the XV World Forestry Congress (WFC), which will be held<br>from 2 to 6 May 2022 in Seoul, Republic of Korea.<br>The WFC is the largest gathering of forestry stakeholders which takes places about every 6 years, and offers<br>an opportunity to a broad range of stakeholders to build a vision for forests for the future, share information<br>and experience on scientific, technical and policy matters, exchange ideas and seek common solutions.<br>Updated information on the XV World Forestry Congress of how you can contribute to the Congress with<br>your innovative work and research.<br>The call for abstracts and side event proposals for the XV World Forestry Congress has been reopened,<br>and the WFC Secretariat invites authors working in the forestry and land use sectors to submit new abstracts<br>for papers, posters and videos as well as new proposals for side events which are relevant to the<br>Congress theme Building a Green, Healthy and Resilient Future with Forests.<br>The submissions platform will be open until 30 June 2021 for abstracts for papers and posters, to 3 September<br>2021 for videos, and until 30 July 2021 for side events.<br>More information on the Congress website : http://wfc2021korea.org/</p> 2021-08-18T00:00:00+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36759 ANNONCES DE PRESSE 2021-08-20T14:44:47+02:00 JF Trébuchon trebuchon@cirad.fr <p>Sist P., Doumenge C., Gond V., Tassin J., Trébuchon J.-F., et al., 2021. Vivre avec les forêts tropicales.</p> <p>V. Rossi, G. Lescuyer, 2021. « L’Avenir des forêts est entre vos mains ! » exposition photo pour engager à valoriser les forêts d’Afrique centrale.</p> <p>FAO, 2021. ÉVALUATION DES RESSOURCES FORESTIÈRES MONDIALES 2020. ITALIE, FAO, 184 P.</p> <p>MARQUES M. C. M., GRELLE C. E. V., 2021. THE ATLANTIC FOREST - HISTORY, BIODIVERSITY, THREATS AND OPPORTUNITIES OF THE MEGA-DIVERSE FOREST. SWITZERLAND, SPRINGER, 517 P.</p> <p>KARSENTY A., 2021. INCITATIONS FISCALES ET NON FISCALES À LA GESTION DURABLE DES FORÊTS. JAPON, ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX, 35 P.</p> 2021-08-18T12:18:51+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36758 ACTES DE CONFÉRENCE 2021-08-18T12:19:12+02:00 JF Trébuchon trebuchon@cirad.fr <p>KANG H. S., HYUNG KIM T., ZAKHADULLAEV A., BAKHRAM M., D. GLUSHCHENKO, 2020. GREENING AND LAND DEGRADATION NEUTRALITY IN DRYLAND.<br>VIRTUAL CONFERENCE 1- 2 DECEMBER 2020. IUFRO, 405 P.<br>OBJECTIVES<br>The objectives of this program are: i. To share the successful cases and challenges/lessons learned by experts and develop cooperative project on combating<br>land degradation and improving local livelihood; ii. To discuss the effective and efficient strategies for forest and landscape restoration and land<br>degradation neutrality; and iii. To develop the network among research institutes, universities and non-government organization on landscape restoration<br>and land degradation neutrality. iv. To develop the International Drylands Greening Network and prepare an initiative in the 15th World Forestry Congress<br>in Seoul, Korea in 2021.<br>https://www.iufro.org/publications/proceedings/</p> <p>&nbsp;</p> <p>KANG H. S., HYUNG KIM T., ZAKHADULLAEV A., BAKHRAM M., D. GLUSHCHENKO, 2020. GREENING AND LAND DEGRADATION NEUTRALITY IN DRYLAND.<br>VIRTUAL CONFERENCE 1- 2 DECEMBER 2020. IUFRO, 405 P.<br>OBJECTIVES<br>The objectives of this program are: i. To share the successful cases and challenges/lessons learned by experts and develop cooperative project on combating<br>land degradation and improving local livelihood; ii. To discuss the effective and efficient strategies for forest and landscape restoration and land<br>degradation neutrality; and iii. To develop the network among research institutes, universities and non-government organization on landscape restoration<br>and land degradation neutrality. iv. To develop the International Drylands Greening Network and prepare an initiative in the 15th World Forestry Congress<br>in Seoul, Korea in 2021.<br>https://www.iufro.org/publications/proceedings/</p> <p>&nbsp;</p> 2021-08-18T12:19:11+02:00 Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques