BOIS & FORETS DES TROPIQUES https://revues.cirad.fr/index.php/BFT <p><span style="font-family: Helvetica, Arial, sans-serif;">En libre accès, et gratuite, cette revue internationale publie des articles des sciences et techniques de la foresterie en régions chaudes évalués par les pairs en double-aveugle.<br></span></p> Cirad fr-FR BOIS & FORETS DES TROPIQUES 0006-579X <p><img src="/public/site/images/jftrebuchon/logo_open_access5.png">Les articles sont publiés en Accès libre. Ils sont régis par le Droit d'auteur et par les licenses créative commons. La license utilisée est Attribution (CC BY 4.0).</p> Modélisation de la croissance et la production du liège en Tunisie https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31805 <p class="BFT-Rsumtexte">L’absence d’outils nécessaires pour l’estimation des productions, la gestion et l’aménagement des peuplements de chêne-liège (<em>Quercus suber</em> L.) en Tunisie constitue un handicap pour le développement et la conservation de la suberaie dans le pays. Les objectifs de ce travail étaient de préciser l’impact de l’intensité de démasclage des arbres de chêne-liège sur la croissance et la production du liège, d’élaborer des modèles d’estimation de la croissance et la biomasse du liège à l’échelle de l’arbre, et enfin de vérifier des coefficients de démasclage appliqués en Tunisie et leur impact sur la production nationale de liège. Les données collectées proviennent d’un essai multisites de démasclage et de deux inventaires réalisés dans différents chantiers de démasclage durant deux campagnes successives de récolte de liège. Trois sites expérimentaux représentatifs des forêts productives de chêne-liège en Tunisie ont fait l’objet d’un même essai où trois coefficients de démasclage ont été appliqués sur des arbres appartenant à trois classes de diamètre. Des mesures de l’épaisseur du liège à hauteur de poitrine ont été effectuées annuellement durant une rotation de 12 ans, à la fin de laquelle le liège produit sur chaque arbre a été récolté et pesé. Les résultats obtenus ont montré un effet «&nbsp;coefficients de démasclage&nbsp;» non significatif et un effet «&nbsp;classes de diamètre&nbsp;» très hautement significatif sur la croissance en épaisseur du liège. Le poids de liège récolté est affecté significativement par les coefficients de démasclage et les classes de diamètre. Deux modèles de croissance et de biomasse de liège ont été développés à l’échelle de l’arbre avec des précisions respectives de 96&nbsp;% et 93&nbsp;%. Les coefficients de démasclage réellement appliqués en Tunisie varient de 0,6 à 3,6 avec une valeur moyenne de&nbsp;1,7. Les pertes dans les quantités de liège récolté issues des deux inventaires ont été respectivement estimées, en cas d’application des coefficients de démasclage étudiés (2, 2,5 et&nbsp;3), à 14&nbsp;%, 32&nbsp;% et 50&nbsp;%.</p> Tahar SGHAIER Salah GARCHI Thouraya AZIZI Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 2021-01-11 2021-01-11 346 3 20 10.19182/bft2020.346.a31805 Effets à long terme de l’ombrage et des niveaux d’intrants sur les rendements de café dans la région Pacifique du Nicaragua https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36292 <p>La pertinence et la rentabilité de la culture du café en Amérique centrale sont menacées par des infestations de ravageurs et des maladies, par la fluctuation des cours et par le changement climatique. La culture du café sous ombrage approprié serait une des pratiques les plus prometteuses dans une optique de développement durable et d'adaptation de la caféiculture en zone marginale. La présente étude vise à enregistrer et à comparer&nbsp;&nbsp;&nbsp; les rendements de cerises de café sur une période de 10 ans, sous l'ombrage d'essences fixatrices d'azote et d'essences à bois d'œuvre dans le cadre de différents systèmes d'agroforesterie (culture conventionnelle / culture biologique) sur site suboptimal. Pour certaines années de la période d'étude, des écarts de production significatifs sont constatés entre le système conventionnel et différentes combinaisons avec intrants biologiques sous différents types d'ombrage. Les systèmes de culture intensive en plein soleil sont les plus productifs en termes de rendement de café, suivis des systèmes sous ombrage d'essences à bois d'œuvre. Il est intéressant de noter que, quel que soit le système de gestion (conventionnel intensif ou biologique intensif), les systèmes de culture sous ombrage d'essences légumineuses (<em>Inga laurina</em> (Sw.) Willd. + <em>Simarouba glauca </em>DC.), sont les moins productifs en termes de rendement de café. Sur l'ensemble des placettes étudiées, les essences à bois d'œuvre <em>Simarouba glauca</em> et <em>Tabebuia rosea</em> (Bertol.) DC. montrent une bonne croissance, avec un accroissement moyen en diamètre de 2,5-3,3&nbsp;cm/an (à 12&nbsp;ans d'âge). Les systèmes d'agroforesterie en plein soleil et sous ombrage d'essences à bois d'œuvre génèrent les revenus bruts moyens les plus élevés. Globalement, les régimes intensifs sont les plus coûteux en gestion bien qu’ils aient les meilleures performances en termes de rendement de café.</p> Arlene LÓPEZ-SAMPSON Norvin SEPÚLVEDA Mirna BARRIOS Eduardo SOMARRIBA Rodolfo MUNGUÍA Pedro MORAGA Alejandro PONCE Luis OROZCO-AGUILAR Elvin NAVARRETE Ledis NAVARRETE Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 2020-12-25 2020-12-25 346 21 33 10.19182/bft2020.346.a36292 Vulnérabilité des terres des écosystèmes du domaine soudanien au Bénin de 1995 à 2015 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36295 <p class="BFT-Rsumtexte">Le Nord du Bénin abrite 92,5&nbsp;% de la couverture forestière nationale, principalement constituée des réserves de faune et de forêts classées, destinées à la conservation de la biodiversité. Ces zones du domaine classé, pourtant dotées pour la plupart de plans d’aménagement et d’un système de surveillance qui devraient limiter la dégradation du milieu, sont soumises à un fort taux de régression de la couverture forestière, dû aux pressions anthropiques. Cette étude vise à analyser la vulnérabilité des formations forestières dans les domaines classé et non classé de trois communes du Nord-Bénin&nbsp;: Matéri, Toucountouna et Ségbana. Une interprétation visuelle des images SPOT de 1995, 2005 et 2015, avec le logiciel Quantum GIS, a été effectuée pour faire ressortir les changements et évaluer la vulnérabilité des formations forestières. Les résultats révèlent une régression des formations forestières naturelles au profit de celles anthropiques. Les champs et jachères ont vu leur superficie multipliée par près de cinq entre 2005 et 2015. Au cours de cette même période, la dégradation a été plus forte dans le domaine classé que dans le non classé, alors qu’à l’inverse la déforestation a surtout affecté le domaine non classé. Les formations naturelles ont été vulnérables à la perte de superficie au profit des champs et jachères et des habitations. Les taux de vulnérabilité des différentes formations sont fonction de la période et du niveau de protection. Ces situations constituent une menace pour la biodiversité et nécessitent la mise en place d’une politique de planification de l’occupation des terres dans la périphérie du domaine classé. Cela garantira leur fonction et réduira les effets des facteurs de déforestation et de dégradation sur les réserves forestières.</p> Fiacre Codjo AHONONGA Gérard Nounagnon GOUWAKINNOU Samadori Sorotori Honoré BIAOU Séverin BIAOU Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 2021-01-13 2021-01-13 346 35 50 10.19182/bft2020.346.a36295 La population d’Avicennia germinans du delta du Saloum est-elle relictuelle depuis la dernière période humide ? https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36296 <p>Dans le monde entier, les mangroves sont déboisées à un rythme plus élevé que les forêts tropicales. Dans le delta du Saloum au Sénégal, elle a connu un déclin important dans les années 1980 et 1990, mais elle se régénère spontanément depuis lors. Cet article teste l'hypothèse suivante : la population d'<em>Avicennia germinans </em>dans le Saloum correspondrait à une population relique établie pendant les années hyper-humides (1950 à 1967). Cet article fait la synthèse de deux campagnes botaniques différentes, espacées de 15 ans. Également, il rend compte d’une expérience sur la flottation des propagules en fonction de la salinité de l'eau. En 2003, la reproduction d'<em>Avicennia germinans </em>n'avait pas eu lieu dans la zone de demi-marée depuis plusieurs années déjà. Seul le piégeage par <em>Sesuvium portulacastrum</em>, dans la zone de haute marée, permet l'apparition de jeunes pousses. C'est donc un problème de dépôt et d'enracinement des propagules. En 2018, seuls deux individus, présents sur le même site, semblent avoir suivi un processus de régénération «&nbsp;normal&nbsp;», en zone de demi-marée, dans la boue, sans processus de piégeage des propagules. La récente diminution de la salinité permettrait à nouveau exceptionnellement aux propagules de s'enfoncer, et donc de germer comme en période humide. Une relation linéaire évidente a été observée entre la flottaison et la salinité. En Gambie et en Casamance, où les précipitations sont plus importantes et la salinité plus faible, cette espèce se reproduit normalement et n'a pas été affectée dans sa reproduction par la période de sécheresse. Cela nous permet d'estimer que des seuils de 1&nbsp;000&nbsp;mm de précipitations annuelles ou 20&nbsp;‰ de salinité minimale, franchis après la période hyper-humide (1950-1967), ont empêché, depuis, la reproduction de l'espèce. Si la population étudiée par la science depuis les années 1970 est bien une population relique, issue d'une période anormalement humide, toute une littérature visant à décrire et expliquer la dégradation des mangroves du Saloum aurait été basée sur un état de référence particulièrement inapproprié.</p> Florent LOMBARD Julien ANDRIEU Luc DESCROIX Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 2021-01-13 2021-01-13 346 51 64 10.19182/bft2020.346.a36296 Estimation de la population de cerfs et de son impact dans l'écosystème forestier de Tugay dans la Réserve nationale de la biosphère de la basse Amu Darya en Ouzbékistan https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36297 <p>En 2011, le Gouvernement d'Ouzbékistan a créé la Réserve nationale de la biosphère de la basse Amu Darya (RBBA). Cette réserve vise la conservation du Tugay, un écosystème forestier ripicole s'étendant sur les principaux bassins fluviaux des régions sèches d'Asie centrale et confronté à des pressions anthropiques extrêmes. La RBBA a réintroduit le cerf de Boukhara (<em>Cervus hanglu bactrianus</em>), une sous-espèce endémique en Asie centrale dont la population s'est fortement réduite au cours du XX<sup>e</sup> siècle. Le projet de développement de la RBBA vise à fournir un appui opérationnel aux autorités ouzbeks dans le cadre de leur candidature pour rejoindre le Réseau mondial des réserves de la biosphère. Sollicité par la GIZ (Société allemande pour la coopération internationale), le CIRAD a été chargé de fournir une évaluation scientifique de la population de cerfs dans la RBBA, à l'aide d'une méthode reconnue à l'échelle internationale, afin de formuler des recommandations permettant d'assurer un mode de gestion durable sur les plans écologique et socio-économique. L'inventaire de la population de cerfs de Boukhara a démarré en octobre 2019 sur une zone d'étude de 88&nbsp;km<sup>2</sup> selon des transects parallèles rectilignes de 65&nbsp;km de longueur espacés de 1&nbsp;400&nbsp;m. L'inventaire a dénombré 127 observations d'individus ou de troupeaux pour un total de 336 individus observés. Les données ont été analysées à l'aide de l'application DISTANCE 7.3. Les taux de rencontre s'établissent à 1,95 observation/km et 5.17 individus/km. La densité estimée est de 24 cerfs/km<sup>2</sup> et la population totale est estimée à 2&nbsp;112 individus [1&nbsp;320 – 3&nbsp;344, 95&nbsp;% CI]. La proportion d'arbres morts, mourants ou gravement compromis est estimée grossièrement à 10&nbsp;%, et la proportion d'arbres ayant de bonnes chances de survie à 15&nbsp;%. Dans la zone centrale sud de la LABR, une forte proportion de plantules et de rejets était broutée au point de stopper la régénération. Maintenir une densité de population de 24 cerfs/km<sup>2</sup> dans la zone centrale sud semble ainsi incompatible tant avec la conservation de l'écosystème de la forêt de Tugay qu'avec la coexistence sans heurts des cerfs avec les populations humaines jouxtant la réserve. Les possibilités permettant d'alléger la pression des cerfs comprennent le transfert sur la zone centrale nord de la LABR ou d'autres zones, et la régulation de la population de cerfs. La densité actuelle est trop élevée pour assurer une bonne conservation de l'espèce à l'échelle locale, même si la population de cerfs est globalement soumise à de fortes pressions à l'échelle de l'Asie.</p> Daniel CORNELIS Elena KAN Valéry GOND Jean-Daniel CESARO Régis PELTIER Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 2021-01-13 2021-01-13 346 65 78 10.19182/bft2020.346.a36297 Conséquences de la coupe rase sur la production de racines fines, CO2, CH4 et N2O jusqu'à la nappe phréatique dans une plantation d'Eucalyptus grandis menée en taillis sur un dispositif d'exclusion de pluie https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36293 <p>Une meilleure connaissance de la dynamique spatio-temporelle des racines fines et des gaz à effet de serre dans les couches profondes du sol est indispensable pour identifier des pratiques sylvicoles plus durables pour les forêts plantées dans un contexte de changement climatique. Notre étude visait à évaluer les effets des coupes claires et de la sécheresse sur la production de racines fines et les flux et la production de CO<sub>2</sub>, CH<sub>4</sub> et N<sub>2</sub>O sur tout le profil de sol jusqu'à la nappe, dans des plantations d'<em>Eucalyptus grandis </em>conduites en taillis au Brésil. Les racines fines (diamètre&nbsp;&lt;&nbsp;2&nbsp;mm) ont été échantillonnées jusqu'à une profondeur de 17&nbsp;m sur un dispositif d’exclusion de pluviolessivat permettant de comparer des peuplements où 37&nbsp;% du pluviolessivat a été exclu à l'aide de bâches en plastique (–W) avec des peuplements sans exclusion d'eau de pluie (+W). La dynamique racinaire, les flux en surface et les concentrations dans le sol de CO<sub>2</sub>, CH<sub>4</sub> et N<sub>2</sub>O ont été mesurés dans deux fosses permanentes pour les deux traitements, +&nbsp;W et –&nbsp;W, avant la coupe des arbres et ensuite en conduite en taillis. &nbsp;La croissance des racines fines était considérable à grande profondeur (&gt;&nbsp;13&nbsp;m) pour les arbres menés en taillis et, étonnamment, la mortalité des racines fines était extrêmement faible quelle que soit la profondeur et le traitement. La biomasse des racines fines, leur longueur et leur surface spécifiques étaient respectivement plus élevées d'environ 25&nbsp;%, 15&nbsp;% et 15&nbsp;% pour le traitement –W que pour +W. Les concentrations moyennes de CO<sub>2</sub> et N<sub>2</sub>O pour&nbsp;–W&nbsp;sont plus faibles de 20,7&nbsp;% et 7,6&nbsp;% que pour +W, et les concentrations de CH<sub>4</sub> pour –W sont plus élevées de 44,4&nbsp;% que pour +W sur l'ensemble des profils du sol. Un modèle de diffusivité montre une production et une consommation de CO<sub>2</sub>, N<sub>2</sub>O et CH<sub>4</sub> en grande profondeur et similaire pour les deux traitements, +W et –W. La mise en place de systèmes racinaires profonds dans les forêts tropicales plantées pourrait permettre aux arbres de résister aux périodes de sécheresse attendues dans le futur. Notre étude réalisée dans des peuplements d'eucalyptus gérés en taillis, représentatifs de vastes zones tropicales, suggère que les émissions de gaz à effet de serre pourraient être peu influencées par les modifications de régimes de précipitations dues au changement climatique.</p> Amandine GERMON Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 2021-01-13 2021-01-13 346 79 80 10.19182/bft2020.346.a36293 Un cadre d'évaluation de la vulnérabilité écologique des forêts dans les fronts de déforestation tropicaux à partir de l'évaluation de la dégradation des forêts dans une approche paysagère : études de cas au Brésil et Vietnam https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36294 <p>La conservation du couvert forestier tropical est essentielle pour assurer la fourniture durable de services écosystémiques. Cependant, l'accroissement de la population, la demande de produits agricoles et les changements dans l'utilisation des terres affectent leur durabilité. L'objectif de cette thèse est de développer une approche multidimensionnelle pour évaluer la dégradation des forêts et les relations avec la dynamique de l'utilisation des terres afin d’estimer leur vulnérabilité. La thèse a été appliquée à Paragominas (Brésil) et Di Linh (Vietnam). À Paragominas, la dégradation est directement liée à l’exploitation sélective du bois et au feu, impliquant des changements dans la structure forestière. Grâce aux outils de télédétection, nous avons cartographié la biomasse forestière aérienne à partir de données de stock de carbone et avons étudié les conséquences de la dégradation sur les structures forestières. Nous avons aussi constaté que 58&nbsp;% de la dégradation était expliquée par l’analyse des changements d’occupation du sol. La distribution des forêts dégradées est pilotée par la fragmentation issue de l’expansion du soja mais est aussi associée à la déforestation récente et aux pratiques de culture sur brûlis. À Di Linh, la dégradation est due à l'empiètement de la culture de café. L'inventaire des différents types d’occupation du sol, combiné aux images Sentinel-2, a permis de cartographier la couverture du sol actuelle. Nous avons construit des trajectoires de dynamique paysagère afin de caractériser l'expansion de la frontière agricole. Nous avons identifié des trajectoires de dégradation et de fragmentation qui affectent le couvert forestier à différentes intensités. Ensemble, ces indicateurs ont mis en évidence des points chauds de vulnérabilité. Grâce aux approches et aux indicateurs de télédétection développés à l'échelle de la forêt et du paysage, nous avons fourni un diagnostic holistique des forêts dans les paysages modifiés par l'homme. Cette thèse vise à ouvrir la voie à une gestion adaptée et prioritaire des forêts dégradées à l'échelle du paysage.</p> Clément BOURGOIN Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 2021-01-13 2021-01-13 346 81 82 10.19182/bft2020.346.a36294 Annonces de livres https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36306 <p>LEBRUN J.-P., STORK A. L., 2020. TROPICAL AFRICAN FLOWERING PLANTS – ECOLOGY AND DISTRIBUTION – VOL. 11: CYPERACEAE. SUISSE, CONSERVATOIRE ET JARDIN BOTANIQUES DE GENÈVE, 370 P.</p> <p>IRD (COLL.), 2020. BIODIVERSITÉ AU SUD – RECHERCHES POUR UN MONDE DURABLE. FRANCE, IRD ÉDITIONS, 72 P.</p> <p>FAUVERGUE X., RUSCH A., BARRET M., BARDIN M., JACQUIN-JOLY E., MALAUSA T., LANNOU C. (COORDS), 2020. BIOCONTRÔLE – ÉLÉMENTS POUR UNE PROTECTION AGROÉCOLOGIQUE DES CULTURES. FRANCE, ÉDITIONS QUÆ, 376 P.</p> <p>ALBOUY V., LE CONTE Y., 2020. UN AVENIR POUR NOS ABEILLES ET NOS APICULTEURS. FRANCE, ÉDITIONS QUÆ, 168 P.</p> <p>CIRAD, FORÊTS ET SOICIÉTÉS, 2021. VIVRE AVEC LES FORÊTS TROPICALES. ÉDITONS MUSEO, CIRAD, 224 P. APPEL A SOUSCRIPTION.</p> <p>Timothée Fouqueray, 2020. Foster Forest - Une simulation participative pour l’adaptation de la foresterie aux changements climatiques.&nbsp; http://www.fosterforest.fr/</p> TREBUCHON Jean-François Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 2021-01-26 2021-01-26 346 x x 10.19182/bft2020.346.a36306 Conférences internationales https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/36307 <p>Congrès mondial de la nature de l’UICN<br>3-11 septembre 2021<br>Palais des Congrès, Marseille Chanot, France</p> TREBUCHON JEan-François Copyright (c) 2021 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 2021-01-26 2021-01-26 346 y 10.19182/bft2020.346.a36307