BOIS & FORETS DES TROPIQUES https://revues.cirad.fr/index.php/BFT <p><span style="font-family: Helvetica, Arial, sans-serif;">En libre accès, et gratuite, cette revue internationale publie des articles des sciences et techniques de la foresterie en régions chaudes évalués par les pairs en double-aveugle.<br></span></p> fr-FR <p><img src="/public/site/images/jftrebuchon/logo_open_access5.png">Les articles sont publiés en Accès libre. Ils sont régis par le Droit d'auteur et par les licenses créative commons. La license utilisée est Attribution (CC BY 4.0).</p> bft@cirad.fr (Jean-François Trébuchon) trebuchon@cirad.fr (Trébuchon) mar., 17 nov. 2020 00:00:00 +0100 OJS 3.1.2.1 http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss 60 Croissance radiale du pin d’Alep (Pinus halepensis Mill.) en fonction des paramètres stationnels dans les massifs forestiers naturels de l’Atlas saharien algérien https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31803 <p>La présente étude dendroécologique a été conduite dans les pinèdes de Senalba Gharbi, Senalba Chergui et Sehary Guebli situées en zone semi-aride de la région de Djelfa (Atlas saharien algérien) et caractérisées par une pluviométrie variant entre 300 et 400&nbsp;mm/an. Ce sont les derniers massifs arborescents, peuplés de pin d’Alep, <em>Pinus halepensis</em>, situés à la limite du Sahara. Le maintien de ces peuplements soumis à une dégradation continuelle depuis plusieurs décennies constitue un enjeu écologique majeur. À partir de transects intégrant les variations d’altitude, d’exposition et de position topographique, 18 placettes d’échantillonnage ont été sélectionnées. Dans chaque placette, six arbres parmi les plus dominants ont été sondés à la tarière de Pressler, à raison de deux carottes de sondage par arbre, soit un total de 216&nbsp;carottes-échantillons analysées sur une période de 53&nbsp;ans. L’analyse des cernes a mis en évidence que l’exposition, l’altitude et la position topographique sont déterminantes pour l’accroissement des pins. L’étude des séries dendrochronologiques relatives à la largeur des cernes a montré une tendance générale décroissante de 10,5&nbsp;%. La prise en compte de ces données relatives à la croissance radiale contribuera à identifier les arbres à forte probabilité de déclin suite aux changements climatiques.</p> Brahim GUIT, Bouzid NEDJIMI Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31803 lun., 26 oct. 2020 08:48:55 +0100 Diversité génétique de dix peuplements de Tetraclinis articulata au Maroc révélée par marqueurs microsatellites (ISSR) https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31927 <p><em>Tetraclinis articulata</em> (Vahl) Masters&nbsp;est une des essences forestières les plus importantes pour le Maroc. Elle se trouve ponctuellement à Malte et en Espagne, ce qui témoigne d'une capacité significative d'adaptation à différentes conditions bioclimatiques. Cependant, cette essence est menacée par la fragmentation anthropogène, l'exploitation forestière et sa marginalisation par les pouvoirs publics, ce qui risque de conduire à&nbsp;la perte irrémédiable de cette ressource. La présente étude évalue la diversité génétique et la structure génétique de dix peuplements marocains de <em>T. articulata </em>à l'aide de quinze marqueurs microsatellites (ISSR). Ceux-ci ont généré 271&nbsp;fragments polymorphes avec une moyenne de 18,06&nbsp;par amorce et révèlent un polymorphisme à 79,59&nbsp;%. Les 129 individus montrent un niveau de diversité génétique élevé (Hs&nbsp;=&nbsp;0,221&nbsp;; Ht&nbsp;=&nbsp;0,254) et 85&nbsp;% de variation génétique au sein des peuplements. Cependant, le niveau de différenciation génétique est faible (Gst&nbsp;=&nbsp;0,13), ce qui correspond à l'absence de&nbsp;corrélation entre les distances génétiques et géographiques révélées par le test de Mantel, qui se traduit par un flux génique élevé (Nm&nbsp;=&nbsp;3,294). Les méthodes PCoA et <em>neighbour-joining</em> produisent un classement des dix peuplements sous l'effet d'un climat continental ou marin. Comparé à d'autres conifères, la diversité génétique actuelle et la structure populationnelle de&nbsp;<em>T.&nbsp;articulata</em> indiquent un patrimoine génétique important qui nécessite des stratégies de conservation efficaces.</p> Meryem MAKKAOUI, Younes ABBAS, Salwa EL ANTRY-TAZY, Leila MEDRAOUI, Mohammed ALAMI, Selouka RABANI, Abdelkarim FILALI-MALTOUF Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31927 lun., 26 oct. 2020 12:08:35 +0100 Structure et dynamique des espèces ligneuses des forêts-galeries des rivières et ruisseaux du secteur sud-soudanien du Burkina Faso https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31928 <p class="BFT-Textes">Les forêts-galeries du Burkina Faso sont menacées de disparition sous l’effet des actions anthropiques et du changement climatique. Elles survivent sous une forme fragmentée dans le secteur sud-soudanien du Burkina Faso. L’objectif de cette étude est, d’une part, de décrire les caractéristiques structurales des groupements végétaux de deux types de cours d’eau, à savoir les rivières et les ruisseaux, et, d’autre part, de déterminer la structure démographique des espèces dominantes afin d’apprécier leur dynamique. Les données ont été collectées suivant un inventaire systématique dans des placettes de 1&nbsp;000&nbsp;m² pour la strate adulte et 100&nbsp;m² pour la régénération suivant des transects perpendiculaires au cours d’eau principal. Cette étude a permis de recenser 127&nbsp;espèces réparties en 98&nbsp;genres et 47&nbsp;familles. Les densités des groupements végétaux varient significativement entre elles, avec les plus fortes valeurs au niveau des groupements des rivières. Les surfaces terrières varient aussi significativement entre elles avec les plus fortes valeurs rencontrées au niveau des groupements des ruisseaux. Les espèces dominantes des groupements des rivières ont en général une structure stable due probablement à leur situation dans des aires protégées et à leur biologie. Au niveau des groupements des ruisseaux, les espèces dominantes ont des structures déséquilibrées avec dominance d’individus de gros diamètre. Les espèces dominantes dans la strate adulte n’ont pas une bonne régénération dans la strate juvénile. De cette étude, il ressort que le type de cours d’eau semble influencer la structure des groupements. Les espèces dominantes dans la strate adulte n’ont pas forcément une bonne régénération. Des mesures de protection s’appuyant sur ces résultats devraient être envisagées en faveur des forêts-galeries du secteur sud-soudanien.</p> Oumarou SAMBARE, Salfo SAVADOGO , Lassina TRAORE , Issaka OUÉDRAOGO, Adjima THIOMBIANO Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31928 lun., 26 oct. 2020 00:00:00 +0100 Perceptions des fragments forestiers par les habitants des forêts tropicales humides malgaches https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31929 <p>Malgré des mesures de protection, la forêt dense humide de l’Est malgache tend à se réduire à des fragments forestiers. Le processus de fragmentation n’est pas pris en compte dans les suivis de la déforestation par télédétection qui comparent le couvert forestier entre plusieurs dates ; la question est de savoir s’il est perçu par les populations riveraines au point de les mobiliser dans des actions de conservation ou de restauration. Des enquêtes ethnobotaniques sont menées dans deux communes contrastées de l’Est malgache, la commune de Ranomafana-Est au nord (région Antsiranana) à fragments forestiers et la commune d’Androy au sud (région Haute Matsiatra) à massif forestier, pour recueillir auprès des villageois leurs perceptions de la forêt, son évolution, sa fragmentation, sa biodiversité végétale et animale, ses ressources et les mesures de protection envisagées localement. Les différences de réponses entre les deux sites traduisent les différences de contextes et de niveaux de fragmentation&nbsp;; elles sont marquées sur la perception des forêts résiduelles et leur dynamique passée, avec une hiérarchie spécifique des usages (la construction de l’habitation venant en premier), une attention particulière à la biodiversité animale et des propositions de conservation surtout issues des interventions d’ONG. Un prolongement serait nécessaire pour co-construire avec les habitants une vision de la fragmentation.</p> Dominique HERVÉ, Herizo RANDRIAMBANONA, Hibrahim Rijasoa RAVONJIMALALA, Heriniaina RAMANANKIERANA, Niry Solofonianja RASOANAIVO, Rondro BAOHANTA, Stéphanie CARRIÈRE Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31929 lun., 26 oct. 2020 15:09:59 +0100 Les techniques de carbonisation et les essences utilisées influencent les attributs de qualité des charbons de bois produits avec des déchets de scierie industrielle dans l'Est-Cameroun https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31831 <p>Le Cameroun exploite un volume considérable de bois rond chaque année, dont une petite partie seulement s'utilise pour la fabrication de produits manufacturés. Depuis quelques décennies, des initiatives se développent autour de scieries industrielles, surtout dans les régions de l'Est, pour valoriser la biomasse résiduelle. Cependant, l'utilisation non différenciée de résidus issus d'essences différentes donne souvent des produits au potentiel énergétique variable et pas toujours appréciés des consommateurs. D'autre part, les caractéristiques physico-chimiques de ces charbons de bois sont inconnues, de même que les facteurs qui influencent leur qualité. La présente étude avait pour objectif d'évaluer la variabilité des propriétés physico-chimiques du charbon de bois produit avec des résidus de scierie industrielle dans l'Est-Cameroun, à l'aide de différentes techniques de carbonisation. Trois essences de bois, ayous, fraké et movingui, et trois types de fours (traditionnel, traditionnel amélioré et charbonnière Casamance) ont été utilisés. Pour chaque essence, trois fagots de cinq morceaux de bois chacun ont été préparés, avec un taux d'humidité initial variant de 28&nbsp;% à 36&nbsp;%. Les propriétés physico-chimiques déterminées étaient le taux d'humidité, la densité apparente, les teneurs en matières volatiles, en carbone fixe et en cendres, et leur pouvoir calorifique supérieur (PCS). Nos résultats montrent que les propriétés du charbon de bois varient selon l'essence et les types de fours utilisés. Le charbon issu de bois de movingui, dont la densité est la plus élevée (0,73&nbsp;g/cm<sup>3</sup>), présente le plus faible taux d'humidité (4,03&nbsp;%) et la densité apparente la plus élevée (0,42&nbsp;g/cm<sup>3</sup>). Les teneurs les plus faibles en matières volatiles (20,32&nbsp;%) et en cendres (1,27&nbsp;%) ont également été obtenues avec cette essence, ainsi que la teneur la plus élevée en carbone fixe (74,95&nbsp;%). Toutes ces valeurs pour le charbon de bois de movingui ont été obtenues&nbsp; avec une meule Casamance. Cependant, le PCS le plus élevé (32,51&nbsp;MJ/kg) a été obtenu avec du charbon de bois d'ayous produit dans une charbonnière Casamance. La comparaison des trois types de fours utilisés montre que les meilleures propriétés physico-chimiques s'obtiennent avec la charbonnière Casamance. Tous les charbons de bois analysés sont conformes aux normes FAO pour la cuisson des aliments.&nbsp; Le PCS le plus élevé obtenu avec du bois d'ayous indique sa capacité d'émettre de grandes quantités d'énergie thermique au cours de sa combustion sous forme de bois dur.</p> Joseph ZOBO MFOMO, Achille Bernard BIWOLÉ, Evariste FEDOUNG FONGZOSSIE, Gilbert Tsoh EKASSI, Didier HUBERT, Hugues DUCENNE, Jean Gaston TAMBA, Ruben MOUANGUE Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31831 mar., 27 oct. 2020 09:31:12 +0100 Variabilité démographique de Saba senegalensis (A. DC.) Pichon suivant le gradient climatique au Burkina Faso https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31930 <p><em>Saba senegalensis</em> (A. DC.) Pichon est une liane ligneuse de la famille des Apocynaceae. Elle est aussi appelée liane <em>goïne</em>. Les produits forestiers non ligneux obtenus à partir de cette espèce ont une grande importance socio-économique au Burkina Faso. Cependant, les caractéristiques démographiques de l’espèce sont peu connues bien que nécessaires pour mettre en place des programmes de gestion durable. La présente étude a pour objectif d’évaluer les caractéristiques démographiques de <em>S. senegalensis</em> suivant le gradient climatique au Burkina Faso. Un échantillonnage aléatoire orienté a conduit à installer des placeaux de 1&nbsp;000&nbsp;m<sup>2</sup> pour l’inventaire des populations. Les mesures dendrométriques ont concerné le diamètre de la tige au collet et à 1,30&nbsp;m du sol pour les individus adultes et les diamètres à 20&nbsp;cm du sol et au collet, respectivement pour les jeunes plants et les plantules. L’indice de Green, la densité, le diamètre moyen des tiges et la surface terrière ont été calculés et comparés entre les zones climatiques. Les résultats ont montré une distribution agrégative de <em>S. senegalensis</em> révélée par l’indice de Green. La densité, le diamètre moyen et la surface terrière ont varié significativement (p&nbsp;&lt;&nbsp;0,05) entre les zones climatiques. Les fortes densités des sujets adultes de <em>S.&nbsp;senegalensis</em> se trouvent dans les zone sahélienne et soudanienne. Le modèle linéaire généralisé montre que la température et les précipitations ont une influence sur l’établissement de la régénération de <em>S.&nbsp;senegalensis</em>. La structure démographique a révélé une abondance de juvéniles qui représentent un important potentiel de renouvellement des populations. <em>S.&nbsp;senegalensis</em> montre une certaine résilience de ses populations&nbsp;; mais, du fait de la péjoration climatique et de la pression anthropique, la conservation de l’espèce dans son habitat naturel reste aléatoire.</p> Blaise KABRÉ, Mamounata BELEM/OUÉDRAOGO, Benjamin LANKOANDÉ, Amadé OUÉDRAOGO Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31930 mar., 27 oct. 2020 12:19:22 +0100 Phytodiversité et services écosystémiques associés aux plantations d’alignement des rues aménagées de la ville de Grand-Popo au Bénin https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31808 <p>L’importance de la végétation urbaine dans la production des services écosystémiques en général est largement démontrée. Au Bénin, en plus des avantages socio-écologiques attribués aux arbres d’alignement, ils contribuent considérablement à la fourniture de services d’approvisionnement et socioculturels, du fait de leur utilisation locale par les populations. Le présent travail évalue la contribution de la diversité floristique des rues dans la fourniture des biens et services aux habitants de la ville de Grand-Popo au Bénin. La démarche méthodologique adoptée a permis de dénombrer les arbres plantés sur dix kilomètres de rues aménagées et de questionner 164&nbsp;ménages sur les services rendus par ces arbres. Les paramètres de diversité sont calculés pour apprécier la phytodiversité des axes routiers. La matrice des formes d’usage des organes est établie, en correspondance avec les catégories de services écosystémiques existantes. Les résultats obtenus révèlent 540&nbsp;arbres, répartis en 26&nbsp;espèces et 17&nbsp;familles le long des principaux axes routiers de la ville. L’indice moyen de diversité de Shannon (3,61&nbsp;±&nbsp;0,14&nbsp;bits) et l’équitabilité de Pielou (0,76&nbsp;±&nbsp;0,06) démontrent un phénomène de dominance de quelques espèces, dont la plus représentative est <em>Cocos nucifera</em> avec 20&nbsp;% de l’effectif total des individus. Les arbres d’alignement ont été plantés majoritairement par les autorités pour leur ombrage, l’esthétique du paysage et la séquestration de carbone. Alors qu’en pratique, de par leur usage et l’introduction de nouvelles espèces utiles par les populations riveraines, les plantations fournissent plus de neuf services écosystémiques avec une grande importance accordée à la fourniture de l’ombrage et de l’alimentation. Pour une valorisation de la foresterie urbaine, la prise en compte de ces informations pourrait servir à promouvoir les services écosystémiques sans compromettre la viabilité des arbres en plantations dans la ville.</p> Abdel Aziz OSSENI, Gbodja Houéhanou François GBESSO, Karl Martial NANSI, Agossou Brice Hugues TENTE Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31808 lun., 02 nov. 2020 10:42:59 +0100 Vers une meilleure estimation des stocks de carbone dans les forêts exploitées à Diptérocarpées de Bornéo https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31940 <p class="BFT-Textes">Les forêts tropicales constituent le principal réservoir de biodiversité et de carbone (C), jouant un rôle central dans le cycle du carbone, le maintien de la biodiversité, la régulation du climat et l’équilibre fonctionnel général de la biosphère. Cependant, la plupart des forêts tropicales, en particulier les forêts de Bornéo en Asie du Sud-Est, subissent une pression intense et sont menacées par des activités anthropiques telles que l'exploitation forestière, l'industrie minière l’agriculture et la conversion en plantations industrielles. L’exploitation sélective réduit la biomasse aérienne et souterraine par l’élimination de quelques grands arbres, et augmente les stocks de bois mort par des dommages collatéraux et créant des trouées dans la canopée. L'importance des dégâts, de l'ouverture de la canopée et de la rapidité du rétablissement du C s'est avérée principalement liée à l'intensité de l'exploitation forestière. La présente thèse se concentre principalement sur l'évaluation de l'effet à long terme de l'intensité de l'exploitation forestière sur les cinq principaux réservoirs de C dans une forêt à Diptérocarpées de Nord-Bornéo (district de Malinau, Kalimantan Nord) le long d’un gradient d'intensité d'exploitation allant de 0 à 57&nbsp;% de la biomasse initiale perdue en 1999/2000. Nos résultats ont montré que les stocks totaux de C, 16 ans après l'exploitation, variaient de 218 à 554&nbsp;Mg&nbsp;C/ha avec une moyenne de 314&nbsp;Mg&nbsp;C/ha. Une différence de 95&nbsp;Mg&nbsp;C/ha a été observée entre une faible intensité d'exploitation forestière (&lt;&nbsp;2,1&nbsp;% de la biomasse initiale perdue) et une intensité d'exploitation élevée (&gt;&nbsp;19&nbsp;%). La plus grande partie du C (environ 77&nbsp;%) était présente dans les arbres vivants, suivie par les stocks du sol (15&nbsp;%), les stocks de bois mort (6&nbsp;%) et une fraction mineure des stocks de litière (1&nbsp;%). L'empreinte de l'intensité de l'exploitation forestière était encore détectable 16&nbsp;ans après l'exploitation. L'intensité de l'exploitation forestière s'est donc avérée être le principal facteur expliquant la réduction de l'AGC<sub>&gt;20</sub>, de la BGC<sub>&gt;20</sub>, des stocks de bois mort et de C total et l'augmentation du bois mort. Nos résultats quantifient l'effet à long terme de l'exploitation forestière sur les stocks de C forestier, en particulier sur les AGC et les bois morts. L'intensité élevée de l'exploitation forestière (réduction de 50&nbsp;% de la biomasse initiale) a réduit les stocks totaux de C de 27&nbsp;%. La récupération de l'AGC était plus faible dans les parcelles d'intensité d'exploitation forestière élevée, ce qui suggère une résilience plus faible de la forêt à l'exploitation forestière. Par conséquent, une intensité d'exploitation forestière inférieure à 20&nbsp;% devrait être envisagée afin de limiter l'effet à long terme sur les AGC et le bois mort.</p> Andes Hamuraby ROZAK Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31940 lun., 02 nov. 2020 11:24:55 +0100 Contrôle du processus décisionnel au sein de huit grandes entreprises productrices d'huile de palme en Malaisie https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31901 <p>&nbsp;</p> <p>Les mosaïques agricoles et forestières du Sud-Est asiatique ont été largement façonnées par l'emprise progressive de plantations industrielles depuis l'ère coloniale jusqu'à nos jours, contexte qui suscite de nombreuses controverses quant à la déforestation et la compatibilité environnementale des plantations de palmiers à huile. Les entreprises de production industrielle d'huile de palme ont opéré de nombreux changements d'utilisation des sols, tout en diversifiant leurs activités pour devenir des géants industriels dans des secteurs allant de la construction automobile aux services bancaires en passant par les télécommunications.</p> <p>Les solutions proposées actuellement en vue de freiner la déforestation pour des plantations de palmiers à huile sont des instruments de marché sectoriels tels que des interdictions ou réglementations commerciales ou encore des certifications, censées influencer les décisions économiques des entreprises privées. Cependant, les grandes entreprises productrices d'huile de palme sont à tel point diversifiées et ancrées dans les économies des pays concernés que bien d'autres facteurs peuvent influencer leurs prises de décision. Des études menées depuis Porter et Laporta suggèrent que la structure du réseau financier des actionnaires pourrait avoir plus d'influence sur les décisions d'entreprise que le marché lui-même, autrement dit, que la nature de l'actionnariat (public ou privé) serait le vrai moteur du processus décisionnel de ces entreprises.</p> <p>Cette thèse se penche sur les manières dont ces moteurs structurels entrent en jeu au sein des grandes entreprises productrices d'huile de palme.&nbsp; À l'aide d'analyses de réseau, nous avons quantifié et analysé l'actionnariat des principales entreprises du secteur de l'huile de palme en Malaisie, en recueillant des données sur 4&nbsp;331 participations à dix niveaux. L'étude décrit les topologies financières pour les confronter à la nature de l'actionnariat et aux processus décisionnels mesurables, tels que le contrôle structurel et la charge de décision. <br>Nos résultats montrent que la prise de décision n'est pas influencée par la nature de l'actionnariat mais qu'elle est très conditionnée par la structure financière des entreprises.&nbsp; Ils montrent également que la charge de décision et le contrôle structurel semblent annoncer une flexibilité structurelle inhérente à ces entreprises.<br>Les implications de ces constats pourraient contribuer à repenser la gouvernance politique de la déforestation et ouvrir un nouveau champ de recherche axé sur la description et l'analyse de la structuration financière profonde qui régit le comportement des entreprises. En premier lieu, la compréhension des forces financières qui façonnent ces entreprises est indispensable pour assurer la viabilité des forêts et du secteur de l'huile de palme. Ensuite, il est désormais possible d'identifier et de prioriser les entreprises les plus résilientes dans une optique de développement de pratiques durables à long terme.</p> Norfaryanti KAMARUDDIN Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31901 lun., 02 nov. 2020 00:00:00 +0100 Biodiversité et services écosystémiques en forêts tropicales : le rôle des affectations des terres forestières dans la région du Dja, Cameroun https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31949 <p>Des dizaines de millions de personnes dépendent des forêts tropicales pour leur subsistance en Afrique centrale. Ces écosystèmes abritent une biodiversité unique et fournissent d'importants services écosystémiques (SE), qui peuvent varier en fonction des stratégies de gestion. Dans cette thèse de doctorat, nous avons évalué la biodiversité et les services écosystémiques dans le paysage du Dja au Cameroun, dans trois affectations des terres forestières&nbsp;: une aire protégée, une concession forestière certifiée FSC et trois forêts communautaires. Tout d'abord, nous avons évalué la valeur de conservation des forêts sur la base de la richesse et de la composition en espèces de deux groupes taxonomiques : les mammifères et les bousiers. Les espèces les plus grandes et les plus menacées ont été détectées dans l’aire protégée et les zones les plus éloignées de la concession forestière, mieux préservées de l'influence humaine. En revanche, les forêts communautaires sont particulièrement défaunées et dégradées en raison de leur proximité avec les routes et les villages, mais elles couvrent des superficies beaucoup plus limitées et conservent une canopée fermée. Deuxièmement, des entretiens identifiant les perceptions de l'offre en SE ont montré que, contrairement aux services de régulation qui ont été rarement mentionnés, les services d’approvisionnement et culturels sont les plus importants pour les populations locales. Parmi ceux-ci, la viande de brousse est le seul service pour lequel l’offre de la forêt n’est pas suffisante pour les populations locales. Troisièmement, en combinant des entretiens et enquêtes de terrain, nous avons quantifié l'utilisation de huit SE d'approvisionnement et culturels par les populations locales. Nous avons constaté que le bois de feu et le bois d'œuvre sont utilisés de manière durable par les populations locales, tandis que la chasse et la consommation de viande de brousse dépassent les seuils de durabilité. Concilier la conservation de la faune sauvage, la sécurité alimentaire et les pratiques de chasse durable est un défi majeur en Afrique centrale. Pour ce faire, il est essentiel d’intégrer toutes les parties prenantes dans les stratégies de gestion forestière durable, permettant d’identifier les leviers sociaux qui sous-tendent les changements de comportement des utilisateurs des forêts.</p> Simon LHOEST Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31949 lun., 02 nov. 2020 00:00:00 +0100 Annonces de livres https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31952 <p>PIERCE COLFER C. J., 2020. MASCULINITIES IN FORESTS – REPRESENTATIONS OF DIVERSITY. USA, ROUTLEDGE, 266 P.</p> <p>PIERCE COLFER C. J., BASNETT B. S., M. ELIAS (EDS), 2016. GENDER AND FORESTS – CLIMATE CHANGE, TENURE, VALUE CHAINS AND EMERGING ISSUES. USA, ROUTLEDGE, 362 P.</p> <p>FARCY C., ROJAS-BRIALES E., MARTINEZ DE ARANO I., 2020. FORESTRY IN THE MIDST OF GLOBAL CHANGES. USA, CRC PRESS, 428 P.</p> <p>MEHTÄTALO L., LAPPI J., 2020. BIOMETRY FOR FORESTRY AND ENVIRONMENTAL DATA WITH EXAMPLES IN R. USA, CHAPMAN AND HALL/CRC PRESS, 426 P.</p> <p>PRANCE G. T., 2020. TROPICAL RAIN FORESTS AND THE WORLD ATMOSPHERE. USA, ROUTLEDGE, 136 P.</p> <p>KALACSKA M., SANCHEZ-AZOFEIFA G. A., 2019. HYPERSPECTRAL REMOTE SENSING OF TROPICAL AND SUB-TROPICAL FORESTS. USA, CRC PRESS, 352 P.</p> <p>MAXTON-LEE B., 2020. FOREST CONSERVATION AND SUSTAINABILITY IN INDONESIA – A POLITICAL ECONOMY STUDY OF INTERNATIONAL GOVERNANCE FAILURE. USA, ROUTLEDGE, 226 P.</p> <p>JEGATESEN&nbsp;G., 2019. THE ABORIGINAL PEOPLE OF PENINSULAR MALAYSIA – FROM THE FOREST TO THE URBAN JUNGLE. USA, ROUTLEDGE, 142 P</p> <p>LIEW K. C., 2019. PROSPECTS AND UTILIZATION OF TROPICAL PLANTATION TREES. USA, CRC PRESS, 336 P.</p> <p class="BFT-Rsumtexte">ROUX A. (COORD. ÉD.), COLIN A. (COORD. ÉD.), DHOTE J.-F. (COORD. ÉD.), SCHMITT B. (COORD. ÉD.), 2020. FILIERE FORET-BOIS ET ATTENUATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE – ENTRE SEQUESTRATION DU CARBONE EN FORET ET DEVELOPPEMENT DE LA BIOECONOMIE. FRANCE, ÉDITONS QUÆ, 152 P.</p> <p>PARADIS-GRENOUILLET S. (COORD. ÉD.), ASPE C. (COORD. ÉD.), BURRI S. (COORD. ÉD.), 2018. INTO THE WOODS – OVERLAPPING PERSPECTIVES ON THE HISTORY OF ANCIEN FOREST. FRANCE, ÉDITIONS QUÆ, 434 P.</p> <p class="BFT-Rsumtexte">ALBOUY V., LE CONTE Y., 2020. UN AVENIR POUR NOS ABEILLES ET NOS APICULTEURS. FRANCE, ÉDITIONS QUÆ, 168 P.</p> <p>&nbsp;</p> Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31952 mar., 17 nov. 2020 13:20:08 +0100 Actes de conférence https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31953 <p>ABRUSCATO S., JOA B., WINKEL G. (EDS.), 2020. GOVERNING AND MANAGING FORESTS FOR MULTIPLE ECOSYSTEM SERVICES ACROSS THE GLOBE. BONN, GERMANY, 26-28 FEBRUARY 2020 – BOOK OF ABSTRACTS. GERMANY, EUROPEAN FOREST INSTITUTE, IUFRO, 119 P.</p> <p>HARUTHAITHANASAN M., PINYOPUSARERK K., NICODEMUS A., BUSH D., THOMSON L. (EDS), 2019. CASUARINAS FOR GREEN ECONOMY AND ENVIRONMENTAL SUSTAINABILITY. KRABI, THAILAND, 21-25 OCTOBER 2019. THAÏLAND, KASETSART UNIVERSITY, IUFRO, 319 P.</p> <p>ALDAZ D., KANT S. (EDS), <em>ET AL.</em>, 2019. SUSTAINABILITY: TRANSDISCIPLINARY THEORY, PRACTICE, AND ACTION (STTPA CONFERENCE 2019). TORONTO, USA, 16-18 OCTOBER 2019. UNIVERSITY OF TORONTO MISSISSAUGA, IUFRO, 282 P.</p> Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31953 mar., 17 nov. 2020 13:19:23 +0100 Conférences internationales https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31954 <p>4 <sup>th</sup> World Teak Conference – Global Teak market: Challenges and Opportunities for emerging markets and developing economics. Accra, Ghana. August 23-26, 2021.</p> <p>In 2020, Ghana will host the 4th World Teak Conference, for the first time in Africa. This event will take place in Kempinski Hotel, Accra, Ghana during 23-26 August 2021, and will be organized and coordinated by the International Teak Information Network (TEAKNET),India and hosted by the Forestry Commission, Ghana.</p> <p>The past three World Teak Conferences were held in Asian and Latin American countries to: the first one in Costa Rica (2011), followed by Bangkok (2013) and Ecuador (2015). In Ghana teak is reported to have been introduced as early as in 1905 and constitutes 70% of all plantation species in the country. The total area of teak plantations is currently estimated at 180,000 ha of which 60% is owned by the public sector with the remaining by the private sector.</p> <p>This is a world-class event and will be an extremely interesting and valuable conference expected to attract over 300 participants.The Conference will be a great opportunity to exchange knowledge and experiences on technological innovations and stay up to date on the emerging trends in teak management and trade. It will provide a major meeting place for worldwide researchers, students, entrepreneurs and professionals in the forestry sector to come together, share their knowledge and establish networks.</p> <p><strong>Theme</strong></p> <p>The 4<sup>th</sup> World Teak Conference with the theme –‘Global Teak Market: Challenges and Opportunities for Emerging Markets and Developing Economies’ will address the most crucial issues of the global teak sector including:</p> <ul> <li class="show">Sustainable management of smallholder teak farming systems for quality supply of teak timber to market.</li> <li class="show">Review and improvement of existing silvicultural systems and practices for better stand management on teak wood quality.</li> <li class="show">Analysis of market structures and value chains of teakwood trading and their impact on the profitability of teak investments.</li> <li class="show">Evaluation of private and public investments in the teak sector and its impacts on socio-economic conditions and rural livelihoods.</li> <li class="show">Developing strategic, conceptual and operational recommendations in support of the sustainable development of the teak sector.</li> </ul> <p>&nbsp;</p> <p><a href="https://www.worldteakconference2020.com/theme/">https://www.worldteakconference2020.com/theme/</a></p> Copyright (c) 2020 CIRAD - Bois et Frêts des Tropiques https://creativecommons.org/licenses/by/4.0 https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/31954 mar., 17 nov. 2020 13:19:49 +0100