Structure des peuplements de Monocotyledones et Dicotyledones lors de differents stades de succession dans le parc national de Corcovado au Costa Rica

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Fidèle Bognounou
Renée Morton
Sarah Ayangma
Laurence Jonkers
Christer Björkman
Helena Bylund
Colin Orians
Andres Vega
Per Christer Oden

Résumé

Les deux grands groupes d'angiospermes, monocotylédones et dicotylédones, diffèrent à plusieurs égards au niveau de leur cycle de vie. Malgré les différences évidentes entre ces deux groupes, peu d'études se sont penchées de façon approfondie sur la manière dont cela pourrait influencer leur succession écologique. L'étude compare les densités relatives de ces deux groupes fondamentaux à l'évolution contrastée, lors de deux stades de succession forestière à la station de Sirena dans le Parc national de Corcovado au Costa Rica, en Amérique centrale. Selon l'hypothèse de départ, le rapport monocotylédones/ dicotylédones devrait diminuer aux stades plus avancés de la succession. L'échantillonnage a porté sur un ensemble de 40 placettes triangulaires à angle droit ((5 × 5 m)/2), où les plantes ont été classées en quatre catégories selon la dimension des houppiers, ainsi qu'en monocotylédones et dicotylédones. Une analyse de la distribution des densités et des classes de dimension des houppiers a été effectuée par ANOVA selon la procédure de modélisation linéaire généralisée. La densité moyenne totale de la forêt secondaire apparaît significativement plus importante que celle de la forêt primaire (P < 0,001). Cependant, la structure de la distribution des classes de dimension des houppiers est proche entre monocotylédones et dicotylédones, mais aussi entre forêt primaire et secondaire. Il n'apparaît aucune différence significative entre les deux types de forêt dans le rapport monocotylédones / dicotylédones (P = 0,99). Les résultats concernant la distribution des classes de dimension des houppiers indiquent une tendance similaire dans la distribution des successions de monocotylédones et dicotylédones, même si les dicotylédones sont toujours plus nombreux. Ces résultats amènent à conclure qu'il est nécessaire d'avoir une importante différence entre les stades de succession avant de percevoir la différence anticipée dans cette étude. (Résumé d'auteur)

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique