Prévalence et facteurs de risque de la theilériose tropicale, et séquençage de l’agent pathogène causal Theileria annulata, dans la région de Sétif (Algérie), avant et après la période d’infestation par les tiques

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

O. Ayadi
M.R. Rjeibi
M.C. Benchikh Elfegoun
M. Gharbi

Résumé

Pour déterminer la prévalence de l’infection par Theileria annulata et l’influence de certains facteurs de risque, une étude moléculaire a été menée dans la région de Sétif (Algérie). Au total, 134 échantillons sanguins de bovins provenant de 21 fermes ont été collectés deux fois, en avril et novembre 2015, avant et après la saison des vecteurs de tiques. La prévalence moléculaire de T. annulata a été de 25,4 % en avril et de 50 % en novembre, indiquant une augmentation significative (p < 0,001) du nombre d’animaux porteurs asymptomatiques. La prévalence moléculaire a été significativement plus élevée que la prévalence sur frottis sanguins colorés au Giemsa pour les deux périodes. En avril, la race Fleckvieh a eu la prévalence moléculaire la plus faible mais cette prévalence a considérablement augmenté en novembre (p < 0,001). Le type d’élevage et le sexe n’ont eu aucune influence sur la prévalence de T. annulata. Toutefois, le taux d’infection a augmenté de manière significative pendant la période d’infestation par les tiques, car les murs n’étaient pas crépis et présentaient des fissures (p < 0,001). La séquence algérienne du gène Tams1 a été très similaire aux séquences mauritaniennes, tunisiennes et égyptiennes déjà connues.

Temporaire Ouarda Ayadi

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique
Santé animale et épidémiologie