Partir et revenir au village. Mobilité non permanente des jeunes ruraux dans la région du Saïss (Maroc)

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Hind Ftouhi
Zakaria Kadiri
Abdellaoui El Hassane
Lisa Bossenbroek

Résumé

Cet article analyse le rôle de la mobilité géographique non permanente des jeunes ruraux dans le développement du territoire rural à partir de données d'enquêtes auprès de 80 jeunes (hommes et femmes) de la localité d'Ait Ali au Saïss au Maroc. Cette mobilité désigne tous les déplacements effectués par les jeunes, pendant des périodes relativement courtes, pour faire des études et travailler avec des retours fréquents à la localité. Les résultats mettent en évidence que les jeunes sont dotés d'une mobilité précoce liée à la poursuite de leurs études et à des formations professionnelles. La mobilité se poursuit avec la recherche de travail et dépend du profil professionnel des jeunes qui l'accomplissent. Ces mobilités permettent, surtout aux hommes, d'acquérir de l'expérience professionnelle et personnelle. De retour au village, ces jeunes assurent un transfert de savoirs, de compétences et de capital financier vers l'exploitation agricole et donnent lieu à des initiatives individuelles sous forme de projets agricoles. Cependant, la mobilité des jeunes femmes est réduite par rapport à celle des jeunes hommes et elle est souvent mal perçue. En trouvant peu de reconnaissance sociale dans les activités agricoles, les jeunes femmes cherchent d'autres activités économiques pour s'épanouir et se valoriser. Ainsi, leur mobilité ne contribue pas de la même façon que celle des jeunes hommes au développement territorial.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Affiliations
Institut agronomique et vétérinaire Hassan II ; Centre de recherche économie société et culture (CRESC) ; Faculté des lettres et des sciences humaines Ain-Chock ; École nationale d'agriculture de Meknès ; Wageningen University
Rubrique
Articles