Faut-il subventionner la création de réserves d'eau pour l'irrigation ?

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Sébastien Loubier
Jean-Christophe Poussin
Guy Gleyses
Owen Le Mat
Patrice Garin

Résumé

Dans de nombreux bassins-versants, la mise en oeuvre de la directive cadre européenne sur l'eau remet en question les autorisations de prélèvements agricoles. Dans ce contexte, les agriculteurs irrigants réclament la création de réserves d'eau pour compenser la réduction de leur quota d'eau d'irrigation et éviter la chute de revenu qu'elle induit. Nous présentons ici une méthode d'évaluation économique et financière de ces investissements et montrons comment il est possible d'aider à la décision publique en identifiant des seuils de rentabilité. Cette méthode, qui combine une approche classique d'évaluation de projets et la modélisation microéconomique, est appliquée au bassin-versant de la Boutonne où l'Administration prévoit de réduire de 84 % les quotas d'eau alloués à l'irrigation. Nos calculs montrent que cette réduction engendrerait à l'échelle du bassin une baisse du revenu agricole de 3,2 millions d'euros et qu'il faudrait créer 15,5 Mm3 de réserves d'eau pour compenser intégralement la réduction de quotas (19,2 Mm3). Mais ce projet de création de réserves d'eau pour l'irrigation n'est pas réalisable sans la participation de l'État aux investissements. Pour ce type d'aménagement, les considérations économique et financière ne suffisent pas, à elles seules, pour décider. Elles peuvent néanmoins servir à évaluer les impacts de niveaux de subvention.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Affiliations
Cemagref UMR G-Eau 365 ; rue Jean-François Breton BP 5095 34196 Montpellier France ; IRD UMR G-Eau 361 ; rue Jean-François Breton BP 5095 34196 Montpellier cedex 05 France ; ACTeon 5 ; place Sainte Catherine 68000 Colmar France
Rubrique
Articles