Saponines et métabolites secondaires de l'arganier (Argania spinosa)

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Dominique Guillaume
Zoubida Charrouf

Résumé

L'étude des métabolites secondaires de l'arganier (Argania spinosa) a été entreprise dans le but d'identifier des métabolites nouveaux permettant d'augmenter la valeur industrielle puis commerciale de l'arganier. En cas de succès, la protection de l'arganier et une extension de l'arganeraie se trouveraient fortement stimulées. De la partie aérienne de l'arganier, plusieurs flavonoïdes ont été isolés : la myrécitine, la quercétine et quatre de leurs dérivés glycosylés. La partie aérienne de l'arganier a également fourni des substances volatiles et des huiles essentielles et quarante-cinq dérivés ont été identifiés. De la pulpe du fruit de l'arganier, la (+)-catéchine, la (-)-épicatéchine, la rutine, l'acide p-hydroxybenzoïque et le résorcinol ont été isolés. L'érythrodiol, le lupéol, le spinastérol et la bétuline ont aussi été identifiés. Tous ces métabolites secondaires sont courants et n'apportent que peu de valeur à l'arganier. De façon plus intéressante, l'arganier est riche en saponines et la structure de quinze de ces composés, issus de différentes parties de l'arbre, a été identifiée. Toutes les saponines identifiées à ce jour ont comme génine un dérivé de type DELTA-12oléanane fortement hydroxylé [acide protobassique ou acide 16alpha-hydroxyprotobassique pour les saponines issues des fruits (ou des préparations issues de leur transformation), ou la bayogénine pour les saponines du bois]. Toutes les saponines sont de type bidesmosidique avec une chaîne de sucres en positions 3 et 28 de la génine. Les chaînes de sucres peuvent être linéaires ou ramifiées et contenir jusqu'à cinq résidus osidiques. Quelques propriétés biologiques des saponines isolées du tourteau ont été déterminées. Ces saponines sont mollusquicides et antifongiques. Elles possèdent également une activité anti-inflammatoire consécutive à une interaction avec les leucotriènes. La toxicité aiguë des saponines a été évaluée : leur DL50 est de 1,3 g/kg. Suite à une administration chronique, les saponines du tourteau provoquent une diminution de la glycémie et induisent une toxicité rénale. Ces saponines présentent aussi une activité antioxydante et stimulent la lipolyse in vitro. Elles protégeraient aussi l'ADN des effets néfastes des UVB.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Affiliations
FRE 2715/Chimie thérapeutique 51 ; rue cognaq Jay 51100 REIMS ; Laboratoire de chimie des plantes et de synthèse organique et bio-organique ; Faculté des sciences ; Université Mohammed V - Agdal ; BP 1041 ; RP Rabat Maroc
Rubrique
Articles