Soutien d'une filière dominante ou développement territorial ? Le cas du sucre à La Réunion

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Cécile Martignac

Résumé

La politique agricole réunionnaise accorde une grande importance à la filière canne. Cette domination de la canne à sucre sur les autres filières est une conséquence du passé colonial, lorsque la Réunion était une « île à sucre ». Aujourd'hui, le contexte a changé. La Réunion et les activités économiques qui s'y développent sont insérées dans des systèmes imbriqués qui surimposent d'autres niveaux d'organisation aux potentialités et contraintes locales. Alors que les politiques agricoles productivistes sont remises en cause et que l'on cherche à valoriser les fonctions non productives et non marchandes de l'agriculture, la politique agricole cannière reste empreinte du passé colonial et évolue difficilement. L'observation des pratiques institutionnelles relatives au maintien de la filière et à la protection du foncier agricole témoigne de la difficulté de concilier approche productiviste et développement territorial.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Affiliations
Centre de coopération internationale en agriculture pour le développement (Cirad) Cirad-Tera ; Pôle Agriculture durable environnement et forêt - Réunion ; Station de la Bretagne ; BP 20 ; 97408 Saint-Denis Messagerie cedex 9 Réunion
Rubrique
Articles