Etude de la microtubérisation de la pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Sahel

Contenu principal de l'article

Ramatou Sidikou Djermakoye Seyni
Darasinh Sihachakr
Danièle Lavergne
Aimé Nato
Daniel Ellissèche
Bernard Jouan
Georges Ducreux

Résumé

Des recherches sur la mise en oeuvre et la gestion de la microtubérisation ont été réalisées à partir de 10 variétés tétraploïdes de pomme de terre (Solanum tuberosum L.) choisies pour leur meilleure adéquation avec les conditions de culture au Sahel. Les études comparatives ont été menées à l'obscurité et à 20 °C, sur deux gammes de milieux de tubérisation, avec une concentration en saccharose variant de 20 à 120 g.L ­ 1, d'une part en absence de cytokinine (BAP, 6-Benzylaminopurine) et, d'autre part, avec une concentration en cytokinine variant de 0 à 5 mg.L ­ 1. Kennebec, Désirée, Sahel présentent de meilleures aptitudes à la microtubérisation. Les variétés testées peuvent tubériser même avec une faible dose de saccharose, et ce dès la 1re semaine. Les meilleurs rendements s'observent avec plus de 80 g de saccharose par litre de milieu. Le rendement en masse des microtubercules est proportionnel à leur maturité et au pourcentage de saccharose dans le milieu. Le saccharose et la BAP favorisent l'induction de la tubérisation. Il n'y a pas de phénomène de dormance des microtubercules. Les analyses biochimiques conduites montrent que les teneurs en protéines solubles totales, saccharose et amidon sont proportionnelles à la quantité de saccharose et de BAP dans le milieu. Les génotypes Atlas et Sahel s'avèrent être les plus performants.

Details de l'article

Affiliations
Laboratoire de morphogenèse végétale expérimentale, Bât. 360, Université Paris-Sud, 91405 Orsay Cedex, France
Rubrique
Articles