Production de cultivars assainis de manioc (Manihot esculenta Crantz) en compétition avec l'enherbement

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Joseph Mabanza
Jacques Mahouka

Résumé

Les clones à port érigé (MM79, MM92 et NKAAKA) sont plus productifs à 12 mois et moins productifs à 18 et 24 mois. Ils supportent moins bien l'enherbement, à cause de leur faible frondaison, car ils ne peuvent lutter efficacement contre la compétition des mauvaises herbes (15,1 t/ha à 12 mois, 10,9 t/ha à 24 mois). La production obtenue à partir des boutures non assainies décroît également. Par contre, les clones ramifiés, moins affectés par l'enherbement, voient leur production passer de 7,8 t/ha à 12 mois à 11,9 t/ha à 24 mois. Les plantes issues des boutures assainies supportent mieux l'enherbement et conservent un niveau élevé de production à 12, 18 et 24 mois. L'utilisation des plantes saines est intéressante pour obtenir des sujets vigoureux [7] et une meilleure production en racines amylacées [9]. En revanche, l'assainissement n'est pas adéquat pour lutter contre la mosaïque africaine du manioc [10] en raison de la réinfection des plantes au champs. L'analyse de la variance réalisée sur les productions en racines amylacées des plantes obtenues des boutures de troisième cycle montre une production élevée (13,7 t/ha) des clones assainis et une production faible (9,9 t/ha) des clones non assainis à 18 mois. Nous en concluons qu'un système d'assainissement, d'entretien et de distribution des boutures vigoureuses pourrait améliorer la production du manioc en Afrique [4]

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Affiliations
Centre de recherches sur l'amélioration génétique des plantes ; BP 2499 ; Brazzaville Congo.
Rubrique
Articles