Intégrer les sciences biotechniques, économiques et sociales

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Jacques Brossier
Bernard Hubert

Résumé

Au cours des quarante années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, marquées par de profondes évolutions économiques et sociales dans le monde rural, un fossé s'est creusé entre, d'une part, les besoins des différents acteurs du monde agricole et agro-alimentaire dans leur diversité et, d'autre part, les préconisations et conseils techniques proposés par la recherche agronomique et la vulgarisation.
Ce fossé n'est pas sans lien avec l'écart qui sépare de plus en plus les différentes disciplines du point de vue de l'épistémologie dominante. Des pratiques de recherche nouvelles sont apparues avec des chercheurs en quête de disciplines permettant de comprendre les besoins techniques des agents économiques et sociaux et les enjeux locaux du développement local. Ces pratiques, rejoignant ainsi des démarches équivalentes dans d'autres domaines d'application, ont contribué à l'émergence d'un nouveau paradigme épistémologique constructiviste, insistant sur les interrelations entre les disciplines et les points de vue différents. En particulier, cette quête a conduit à associer étroitement les disciplines techniques et les sciences sociales, dont la parité s'est construite en centrant les travaux communs sur les systèmes techniques.
C'est sur ces bases que s'est construit au sein de l'Inra le département interdisciplinaire de recherches sur les Systèmes agraires et le développement (Sad). C'est cet effort d'intégration des sciences biotechniques, économiques et sociales qui est présenté ici à partir des recherches sur les systèmes techniques en agriculture, dans le développement rural et dans la gestion des ressources naturelles.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Affiliations
Inra-Sad-Dijon ; 26 ; bd Petitjean ; BP 10607 ; 21036 Dijon Cedex ; France.
Rubrique
Articles