La résistance multiple du maïs aux chenilles foreuses et défoliatrices

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Danièle Clavel
Claude Welcker

Résumé

Les dégâts des chenilles foreuses et défoliatrices représentent l'une des premières causes de réduction des rendements du maïs en zone tropicale et subtropicale. La résistance multiple d'un végétal aux insectes se rapporte à au moins deux insectes distincts. Une autre forme de résistance multiple, illustrée par la résistance à la pyrale du maïs (O. nubilalis), correspond à l'accumulation, dans un même génotype de maïs, de plusieurs facteurs de résistance à une espèce d'insecte déterminée. Depuis une dizaine d'années, grâce à la découverte de cette particularité dans des ressources génétiques de maïs originaires de la zone caraïbe (particulièrement de l'île d'Antigua), le CIMMYT/Mexique et l'USDA/Mississippi se sont engagés dans la sélection de la résistance multiple du maïs à différentes chenilles sur la base de critères phénotypiques (bon niveau de résistance au champ, sous infestation artificielle, aux différentes chenilles). La sélection récurrente permet de rassembler ces sources de résistance dans des population multirésistantes. Les raisons des aptitudes particulières du matériel caraïbe ne sont pas connues, ce qui freine la sélection. La cartographie génique de ce matériel, actuellement réalisée par le CIMMYT, permettra probablement d'améliorer l'efficacité de la sélection des génotypes multirésistants.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Affiliations
ISRA-CNRA ; BP 53 ; Bambey ; Sénégal ; INRA ; Centre Antilles-Guyane ; Laboratoire de recherche en productions végétales amélioration des plantes ; BP 1232 ; Pointe-à-Pitre cedex ; Guadeloupe ; France.
Rubrique
Articles