Utilisation de la luzerne par la vache laitière haute productrice

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Nathalie Boillon
Marc Roux

Résumé

Malgré une régression importante de sa culture dans les régions d'élevage intensif, la luzerne a des atouts pour l'alimentation des vaches laitières à haute production (VLHP) : elle représente une source de protéines, de minéraux et d'oligo-éléments intéressante, malgré une teneur en énergie souvent limitée. Elle permet d'améliorer la fibrosité de la ration pour des vaches laitières qui consomment des quantités élevées d'ensilage de maïs ou de céréales. Dans ces conditions, la production laitière est maintenue avec une diminution du taux butyreux et une augmentation du taux protéique. En raison des difficultés rencontrées pour sa conservation et sa valorisation par les animaux (en particulier en remplacement partiel de l'ensilage de maïs dans la ration de base), la luzerne n'est pas compétitive par rapport à d'autres fourrages plus énergétiques et plus faciles à conserver. L'enrubannage et la sélection de variétés plus énergétiques et plus ingestibles devraient favoriser le développement de la luzerne. Sous forme déshydratée, elle peut également être utilisée en tant qu'aliment concentré, en complément de l'ensilage de maïs ou de céréales ; sa haute valeur énergétique et azotée devrait faciliter son utilisation par les VLHP. Outre l'évolution favorable de l'intérêt zootechnique de la luzerne, les aspects économiques, environnementaux et agronomiques pourraient également favoriser le développement de sa culture.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Affiliations
Lycée agricole ; 57170 Château-Salins ; France ; ENESAD ; 26 ; boulevard Petitjean ; BP 1607 ; 21036 Dijon cedex ; France.
Rubrique
Articles