Etude préliminaire sur les vecteurs mécaniques potentiels des trypanosomes animaux dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

P.F. Suh
F. Njiokou
R. Garabed
A. Mamoudou
M. Arabi
A.T. Malam

Résumé

Une étude entomologique a été menée dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun – foyer historiquement connu pour la trypanosomose animale et déclaré exempt de glossines à la fin des années 1970 – afin de déterminer les vecteurs mécaniques potentiels des trypanosomes et leur préférence spatiale dans cette région. Trente et un pièges Nzi ont été installés le matin (6 h 30 – 8 h 00) à Goulfey, Madiako canton, Darack Karena dans le département de Logone et Chari, ainsi qu’à Guidiguis, Kalfou et Maga-Guirvidig dans deux autres départements. Ils ont été inspectés après 10 à 11 heures d’exposition. L’échantillonnage a duré un jour. Au total 20 084 mouches hématophages (865 Stomoxys et 19 219 tabanidés) ont été récoltées. Stomoxys niger a été la seule espèce de Stomoxyinae capturée, alors que cinq espèces de tabanidés ont été relevées : Atylotus agrestis, A. albipalpus, A. fuscipes, Tabanus taeniola et T. biguttatus. A. agrestis était de loin l’espèce la plus répandue (92,7 %), suivie de T. taeniola (7,1 %). Les densités apparentes de 50,1, 409,4 et 1499,0 tabanidés par piège et par jour, respectivement à Guidiguis, Goulfey et Madiako, étaient significativement différentes (p = 0,0002). Les tabanidés étaient plus abondants dans les campements que dans les pâturages et les points d’eau. Atylotus agrestis a semblé être le principal vecteur mécanique potentiel des trypanosomes dans la région.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique
Santé animale et épidémiologie