Érosion hydrique et transfert de produits phytosanitaires dans les eaux de ruissellement

V. Lecomte, Y. Le Bissonnais, B. Rénaux, A. Couturier, L. Ligneau

Résumé


L'érosion hydrique des terres cultivées est à l'origine d'une pollution des eaux par entraînement de produits phytosanitaires en solution ou liés aux matières en suspension. Une étude sur l'isoproturon (IPU) a été réalisée simultanément à l'échelle intraparcellaire (au moyen de placettes expérimentales) et sur deux bassins versants différenciés du point de vue de leur occupation du sol, pour rechercher les facteurs de variation dans l'espace et le temps de la qualité de l'eau de ruissellement. À l'échelle intraparcellaire, la forte mobilité de l'IPU est étroitement dépendante du délai entre traitement et première pluie, le transport s'effectuant essentiellement sous forme soluble. L'étude des bassins versants révèle l'influence des bois et prairies sur le ruissellement et le transfert de produits phytosanitaires. Suite aux faibles pluies survenues après les traitements phytosanitaires, le bassin à l'occupation du sol diversifiée n'a pas émis de ruissellements atteignant l'exutoire, contrairement au bassin entièrement cultivé. Pour ce dernier, la concentration en IPU semble résulter de la dilution des eaux issues des parcelles traitées par celles provenant des parcelles non traitées. Ces résultats confirment la nécessité de limiter les traitements à l'IPU en cas de prévision de pluie à court terme et mettent en évidence le rôle joué par la proportion et la répartition des surfaces cultivées dans le paysage.

Texte intégral :

PDF


Affiliations

Institut national de la recherche agronomique, Service d'études des sols et de la carte pédologique de France, Centre de recherche d'Orléans, 45160 Olivet, France.



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Adresse URL de la licence: @Cirad

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC