La stabilité de l'agrégation, un indicateur de la sensibilité des sols au ruissellement et à l'érosion : validation à plusieurs échelles

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Bernard Barthès
Eric Roose

Résumé

Caractériser la sensibilité à l'érosion hydrique des sols en place est souvent coûteux. Plusieurs travaux rapportent une liaison entre la stabilité structurale, plus simple à mesurer, et la sensibilité du sol à l'érosion ; mais cette sensibilité y est souvent évaluée sur sol tamisé (< 2 mm), dont la représentativité est incertaine. L'objectif de notre travail est de valider plus largement la relation agrégation-érosion, en comparant stabilité des agrégats de l'horizon superficiel et sensibilité au ruissellement et à l'érosion, évaluée au champ, à différents niveaux d'investigation. Nos résultats montrent que le taux de macroagrégats (> 0,2 mm) stables à l'immersion dans l'eau d'échantillons secs tamisés à 2 mm est corrélé négativement : au ruissellement et à la perte en terre sous pluies simulées en microparcelles sur régosol du sud de la France ; aux ruissellement et pertes en terre annuels moyens en parcelles d'érosion au Bénin, Cameroun et Mexique ; à l'intensité des manifestations de l'érosion sur des versants du Sud de la France. Un test simple et peu coûteux de stabilité structurale permet ainsi d'évaluer de manière fiable la sensibilité au ruissellement et à l'érosion, pour différents types de sols en place et à différents niveaux d'investigation.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Affiliations
Institut de recherche pour le développement (IRD ; anciennement Orstom) ; 911 ; avenue Agropolis ; BP 5045 ; 34032 Montpellier Cedex 1 ; France.
Rubrique
Articles