Impact de la castration du daguet rusa sur les performances de croissance, d'abattage et sur la qualité biologique de la viande à 24 et 30 mois

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

S. Le Bel
P. Chardonnet
D. Dulieu
M. Salas

Résumé

Chez le jeune mâle rusa (Cervus timorensis russa) destiné à être abattu, le rut est considéré par l'éleveur comme une contrainte. Le but de l'expérimentation est d'apprécier l'impact zootechnique de la castration. Dix-sept cerfs rusa de Java castrés et dix-neuf entiers, âgés de 12 mois ont été embouchés à l'herbe et abattus à 24 ou 30 mois. La castration induit une diminution du poids vif à 24 mois et 30 mois. De 12 à 24 mois, la croissance est de 82 + ou - 3 g/j et 91 + ou - 1 g/j. De 24 à 30 mois, elle ralentit pour n'atteindre plus que 45 + ou - 6 g/j et 63 + ou - 12 g/j. La castration et le vieillissement augmentent le rendement carcasse de 1 p. 100 mais ne modifie pas le rendement de découpe. La castration induit une diminution de la quantité de viande totale produite par carcasse, cet effet ne touchant pas les morceaux de l'arrière-main . La composition de la viande n'est pas modifiée par la castration ou l'âge d'abattage. A 24 mois, la venaison de cerf rusa est plus tendre et moins foncée qu'à 30 mois. Si les éleveurs de cerfs rusa castrent leurs jeunes mâles vers 1 an, il semble plus intéressant de les abattre à 24 mois

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique
Rubrique indéterminée