Diversité et saisonnalité des Culicoides dans trois élevages aux hôtes différents dans la région de Rabat (Maroc)

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

M. Bourquia
C. Garros
I. Rakotoarivony
I. Boukhari
M. Chakrani
K. Huber
L. Gardès
W. Wint
T. Baldet
K. Khallaayoune
T. Balenghien

Résumé

Le Maroc a connu plusieurs épizooties liées a des virus transmis par les Culicoides au cours des dernières décennies, et la majorité des études associées ont porté sur Culicoides imicola, considéré depuis longtemps comme le seul vecteur d’importance. L’évolution de l’épidémiologie de la fièvre catarrhale du mouton (FCM) dans le bassin méditerranéen et en Europe au cours des vingt dernières années a souligné l’importance des autres espèces de Culicoides dans la transmission du virus de la FCM. L’objectif de cette étude était de fournir de nouvelles connaissances sur la composition d’espèces et la saisonnalité des Culicoides dans trois élevages aux hôtes différents (centre équestre, élevage de caprins et élevage de bovins) près de Rabat, capitale du Maroc, ou la FCM est endémique depuis 2004. Des collectes ont été réalisées à l’aide de pièges lumineux et à aspiration pendant deux nuits consécutives, tous les 15 jours, de mai 2016 à mai 2017. Lorsque cela a été possible, les Culicoides ont été identifiés morphologiquement au niveau de l’espèce. Des analyses multivariées ont été utilisées pour comparer l’effet du site / de l’espèce animale à l’effet du mois de collecte sur la composition des espèces. En outre, des méthodes de modélisation statistique ont permis d’identifier les déterminants environnementaux de la saisonnalité des Culicoides. Un total de 12 460 Culicoides, appartenant a au moins 15 espèces différentes, ont été capturés pendant l’étude. Culicoides imicola a été de loin l’espèce la plus abondante (71,4 % du total des captures). La localisation du site, et donc l’espèce hôte, ont eu peu d’impact sur la composition des espèces, qui a été principalement influencée par le mois de collecte. De manière surprenante, la pression atmosphérique a été le paramètre environnemental le plus fréquemment sélectionné dans les modèles saisonniers. L’impact potentiel de ce paramètre météorologique et des autres variables sélectionnées est discuté. Identifier les paramètres environnementaux gouvernant l’abondance saisonnière des Culicoides est la première étape pour construire des modèles robustes de dynamique des populations, qui pourront être utilisés ultérieurement dans des modèles estimant le risque de transmission.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique
Santé animale et épidémiologie