Do political changes aimed at reducing Amazonian deforestation contribute to ecological intensification?

N. Cialdella, S. Carvalho, V. Vaz, T. Barbosa, M. Thâles, M. Mourão, R. Poccard-Chapuis, J.F. Tourrand

Résumé


Extensive livestock farming was the driver of agricultural colonization and territorial structuring in the Amazon. Since 2008, Amazonian agriculture has been faced with radical changes in Brazilian policies concerning agricultural land use and the preservation of forest areas. The very viability of livestock systems is threatened and there is thus an urgent need for feasible alternatives to enable the development of sustainable agriculture. Some alternatives are currently being tested by public extension services and private operators. The question is, can these alternatives really be considered as ecological intensification? Defined as ecologically friendly agricultural development, this new trend of intensification aims to reconcile cattle ranching and the protection of Amazon forest ecosystems. Our analysis, based on three contrasted municipalities in Pará State, focuses on the points of view of different stakeholders in the livestock sector. Results show the dominance of classical intensification among the alternatives envisaged, but it is an option that small family farmers cannot easily afford. Alternatives based on land sharing, which promotes agricultural production and environmental preservation on the same areas, are less well known and will require more coordination among local actors.; L'élevage extensif a été un moteur dans l'avancée des fronts agricoles et la construction des territoires en Amazonie brésilienne. Depuis 2008, l'agriculture amazonienne est confrontée à des changements radicaux de la politique brésilienne concernant l'usage des terres agricoles et la préservation des zones forestières. La viabilité des systèmes d'élevage est aujourd'hui menacée ; il est urgent de trouver et de mettre en oeuvre des solutions viables, techniques et sociales, pour permettre le développement durable de l'agriculture en Amazonie. Une série d'alternatives sont testées par les services publics, privés et des organisations non gouvernementales (brésiliennes et internationales) afin d'amorcer une trajectoire d'intensification tout en préservant la forêt. Notre question est : les alternatives envisagées contribuent-elles à un mouvement d'intensification écologique ? Défini comme développement agricole respectueux de l'environnement, ce mouvement est considéré comme un des facteurs d'une coexistence entre élevage et forêt. Sur la base d'une étude réalisée dans trois communes contrastées de l'État du Pará, l'analyse porte sur la connaissance qu'ont les acteurs impliqués dans le secteur de l'élevage sur ces alternatives. Nous analysons également en quoi les alternatives citées par les acteurs sont liées à l'intensification écologique. Les résultats montrent qu'il s'agit la plupart du temps de méthodes conventionnelles d'intensification, difficiles à atteindre pour les petits producteurs familiaux, et qui séparent les zones de production intensive des zones à protéger. Les alternatives basées sur l'intégration de la production agricole et de la protection de l'environnement sur les mêmes espaces sont moins connues et demandent une coordination plus grande entre les acteurs locaux.

Mots-clés


brazil ; amazonia ; ecological intensification ; livestock raising ; family farming ; public policy ; brésil ; amazonie ; intensification écologique ; élevage ; agriculture familiale ; politique publique ; économie et développement rural ; forêts ; territoire ; foncier ; politique agricole et alimentaire

Texte intégral :

PDF (English)


DOI: https://doi.org/10.1684/agr.2015.0761

Affiliations

CIRAD; Embrapa ; UFPA- NCADR ; UNB - CDS ; Agroparistech ; Museo Goeldi ; Embrapa ; Embrapa; CIRAD ; Cirad - UR Green



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC