Genèse malgache d'un modèle agroécologique : le système de riziculture intensive (SRI)

G. Serpantié

Résumé


Le système de riziculture intensive ou SRI, agroécologique selon ses promoteurs, a été institué comme norme nationale de vulgarisation à Madagascar en 1995 puis diffusé internationalement dans les années 2000. Sa genèse est étudiée à partir du contexte historique, des acteurs de sa promotion et du rôle de la recherche institutionnelle. Issu d'une réflexion en partenariat entre un prêtre-agronome, H. de Laulanié, et de jeunes agriculteurs, cet itinéraire technique innovant émerge en 1990 dans un contexte de cherté des intrants, de libéralisation de l'économie et d'appuis internationaux favorables à la société civile. Le SRI prescrit de repiquer en ligne des plants de 8 jours, à faible densité, avec une irrigation intermittente et plusieurs sarclages mécaniques. Usant d'une rhétorique emphatique et s'appuyant sur une interprétation à l'échelle de la plante, la communication des promoteurs cible médias, organisations non gouvernementales (ONG) et autorités ministérielles. Elle bénéficie d'une coïncidence avec le lancement d'un projet agricole national appuyé par la Banque mondiale, en recherche de thèmes innovants économes en intrants. Les autorités instituent alors le SRI comme norme de vulgarisation en plus de la méthode améliorée de riziculture des années 1960, rebaptisée SRA. La recherche agricole ne disposant pas de données est restée en marge du dispositif de validation puis a adopté une attitude ambigüe. Alors que l'adoption stagnait, les promoteurs internationaux ajoutent la fumure organique aux principes du SRI et vantent l'économie d'eau et d'intrants en s'appuyant sur certaines disciplines (sciences sociales et agroécologie). Ils facilitent ainsi la diffusion mondiale du message, mais déclenchent une controverse internationale. Cette genèse est révélatrice du changement de gouvernance et d'objectifs du développement agricole vers 1992. L'instabilité des connaissances sur le SRI et sa mauvaise adoption illustrent le besoin d'un éclairage multidisciplinaire précoce de toute proposition émergente, avant la clôture politique du débat.

Mots-clés


libéralisation des marchés ; madagascar ; politique agricole ; recherche ; riz inondé ; système de riziculture intensive

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.1684/agr.2013.0659

Affiliations

IRD UMR GRED (IRD-UM3) 911 avenue Agropolis BP64501 34394 Montpellier cedex 5 France



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Adresse URL de la licence: @Cirad

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC