Physiologie des interactions entre pomme de terre et pucerons : vers une nouvelle stratégie de lutte basée sur les systèmes de défense de la plante

N. Harmel, F. Francis, E. Haubruge, P. Giordanengo

Résumé


La culture de pommes de terre est soumise à de nombreux ravageurs parmi lesquels les pucerons ne sont pas les moindres. Ils exercent une action directe par prélèvement de sève sur le végétal mais surtout indirecte en véhiculant de nombreux virus phytopathogènes. L'utilisation massive de produits aphicides a conduit à la sélection de populations de pucerons résistants. Comme la découverte et le développement de nouveaux insecticides chimiques sont désormais en nette diminution, il reste peu d'alternatives pour lutter contre les pucerons qui sont maintenant résistants à plusieurs familles d'insecticides. Consciente de cette problématique, la communauté scientifique a adopté une stratégie de développement de moyens de lutte biologique tenant compte des défenses naturelles des plantes contre les pucerons. Les différentes stratégies de lutte envisageables sont présentées et développées dans cet article.

Mots-clés


métabolisme ; pathologie ; productions végétales

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.1684/agr.2008.0209

Affiliations

Faculté universitaire des sciences agronomiques de Gembloux, 2, passage des Déportés, 5030 Gembloux, Belgique, Université de Picardie Jules Verne, EA3900-BioPI, Biologie des plantes et contrôle des insectes ravageurs (BioPI), 33, rue Saint-Leu, 80039 Amiens cedex 01, France



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Adresse URL de la licence: @Cirad

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC