Évolution des marges agricoles de la forêt protégée de Kakamega (Ouest kényan) : une dynamique sous surveillance

P. Pascal, S. Tiers, M. Dosso

Résumé


Dans l'Ouest kényan, la forêt de Kakamega s'étend sur 240 km2. Sanctuaire de biodiversité protégé depuis 1926, elle est inscrite dans plusieurs campagnes internationales de « conservation des ressources naturelles ». Sur ses marges vit une importante population agricole (densité démographique entre 400 et 1 300 habitants au km2) dont les conditions de vie sont de plus en plus difficiles (surface agricole utile (SAU) moyenne de 0,8 hectare). La pauvreté contraint les agriculteurs au prélèvement illégal de produits forestiers et participe ainsi à la dégradation de l'écosystème : entre 1975 et 1991, la forêt a perdu près de 50 % de son volume. Le système agraire actuel résulte de multiples ajustements des modes de mise en valeur agricole, conséquences d'une succession de réglementations coloniales et nationales relatives à « la conservation » de la forêt de Kakamega. Celles-ci constituent une véritable entrave pour les agriculteurs, qui, pour l'instant, n'en subissent que les contraintes. Les plus défavorisés d'entre eux (qui constituent entre 30 % à 95 % de la population selon les zones) sont les plus désavantagés par les législations forestières. Cet exemple montre, qu'il est illusoire de persister à gérer une ressource naturelle au moyen de réglementations répressives qui vont à l'encontre de la survie des populations rurales voisines.

Mots-clés


ressources naturelles et environnement ; productions végétales ; systèmes agraires

Texte intégral :

PDF


Affiliations

Centre national d'études agronomiques des régions chaudes (Cnearc), 1101, avenue Agropolis, BP 5098, 34033 Montpellier France



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Adresse URL de la licence: @Cirad

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC