Adoption d'innovations agroforestières à Barra do Turvo (São Paulo, Brésil)

A. Rousselet-Gadenne

Résumé


Des essais d'agroforesterie sont développés depuis 1995 à Barra do Turvo : ce sont les "Sistemas agroflorestais regenerativos" (systèmes agroforestiers fondés sur la régénération), initialement expérimentés dans l'État de Bahia par Ernst Götsch. Le principe de ces systèmes est de s'insérer dans le processus de succession naturelle des espèces en remplaçant certaines espèces natives par des espèces comestibles. Il s'agit d'installer dès le début toutes les espèces, des cultures annuelles et pluriannuelles, des arbres fruitiers et à bois, des palmiers, des engrais verts et des plantes médicinales. À un stade avancé, si l'agriculteur a besoin d'un espace pour reconduire des cultures annuelles héliophiles, des clairières peuvent être ouvertes comme dans les forêts naturelles. Ce sont donc des espaces multi-usages présentant une capacité de « régénération ». À Barra do Turvo, commune du Vale do Ribeira, région la plus pauvre de l'État de São Paulo, au Brésil, les pratiques agroforestières offrent des alternatives techniques intéressantes pour une agriculture familiale en situation critique : chute de fertilité des terres, lois environnementales drastiques, concentration des terres et difficultés de commercialisation. Par le biais d'un suivi mensuel d'exploitation étalé sur une année, les impacts technico-économiques et sociaux de l'introduction de ces pratiques agroforestières ont été évalués. Les résultats montrent que la pratique de l'agroforesterie procure aux agriculteurs un revenu régulier par la commercialisation de divers produits récoltés (fruits et légumes, essentiellement). Par ailleurs, une prise de conscience environnementale des agriculteurs émerge. Au final, cette étude d'impact montre qu'il est légitime de subventionner l'agroforesterie dans un objectif de développement durable. Sont également mises en exergue les nombreuses lacunes du projet agroforestier : accès limité au marché, accompagnement technique insuffisant, faible mise en valeur de la biodiversité locale dans le choix des espèces végétales introduites et absence de garantie des droits d'utilisation des essences natives.

Mots-clés


forêts ; systèmes agraires

Texte intégral :

PDF


Affiliations

36, rue des Petits Hôtels 75010 Paris <adeline.gadenne@gmail.com>



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Adresse URL de la licence: @Cirad

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC