Tempête, agriculture, et restauration du patrimoine écologique et forestier : l'exemple des ripisylves de la forêt domaniale de Perche-Trappe (Orne)

Y. Petit-Berghem

Résumé


Les violentes tempêtes de l'hiver 1999 (26 et 28 décembre) ont durement frappé les forêts françaises : 140 millions de m3 de bois ont été renversés, soit un volume correspondant à 3 années de récolte habituelle. En Basse-Normandie, la forêt de Perche-Trappe fait partie des massifs domaniaux les plus touchés. Emblème de la chênaie-hêtraie normande, cette forêt comporte aussi des peuplements résineux dont certains n'ont pas résisté aux coups de vent. Les chablis ont généré des clairières au sein desquelles s'expriment de nouvelles dynamiques végétales. Pour rendre compte de ces dynamiques et des stratégies en matière de restauration et de gestion conservatoire, un diagnostic écologique est opéré dans une parcelle anciennement enrésinée. Ce diagnostic montre la forte réactivité de la végétation mais aussi la pauvreté biologique des sols associée à des problèmes de tassement. La question de la reconstitution paysagère est abordée et une réflexion est engagée sur les méthodes et les pratiques de gestion conservatoire à employer. Ces dernières destinées à optimiser la biodiversité pourraient être confiées à des agriculteurs locaux sensibilisés au préalable à la protection du milieu.

Mots-clés


forêts ; systèmes agraires

Texte intégral :

PDF


Affiliations

Laboratoire Géophen, LETG-UMR 6554 du CNRS, UFR de géographie, Esplanade de la Paix, Université de Caen, BP 5186, 14032 Caen cedex France <petit-berghem@geo.unicaen.fr>



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Adresse URL de la licence: @Cirad

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC