Transformations agraires et nouvelles mobilités autour d'un grand barrage (Bagré, Burkina Faso)*

F. de Charles Ouedraogo, P. Janin

Résumé


Les décideurs politiques et les développeurs économiques ont longtemps considéré les grands aménagements hydro-agricoles comme une réponse probante à la gestion du risque d'insécurité alimentaire au Sahel. En effet, l'usage maîtrisé de l'eau est sensé permettre un accroissement et une diversification de la production alimentaire même si cela réactive certaines pathologies et risques sanitaires [1]. La mise en eau d'un grand barrage modifie également fortement les modes de gestion de l'espace et de mise en valeur des potentialités. Autour du barrage de Bagré (sud du Burkina Faso), les structures agraires (éclatement des terroirs) et le mode de vie des riverains (allongement des déplacements, modification alimentaire) ont connu d'importantes mutations tandis que l'agriculture sèche, pratiquée autour des concessions, et le jardinage intensif, sur les berges de la rivière Nakambé, laissent progressivement la place à des modes de conduite plus extensifs. À l'instar des espaces sahéliens vrais, on observe un renforcement du phénomène de saisonnalité intra-annuelle. Ainsi, au cours des mois d'hivernage, les actifs agricoles résident dans des hameaux de culture excentrés par rapport aux villages et aux infrastructures socio-sanitaires constituées par les Centres de santé et de protection sociale (CSPS) et les écoles. Cette période est également critique en raison des ajustements alimentaires imposés par l'amenuisement (ou la disparition) des stocks céréaliers et de la consommation d'eau des puisards alors même que la fréquentation saisonnière des centres de santé diminue.

Mots-clés


systèmes agraires ; productions végétales

Texte intégral :

PDF


Affiliations

Département de géographie, Unité de formation et de recherche (UFR\\SH), Université de Ouagadougou, 03 BP 7021 Unité de recherche « Nutrition, alimentation et sociétés » (UR 106), Centre IRD (Institut de recherche pour le développement) 01 BP 182 Ouagadougou 01 <francois.ouedraogoird.bf> Institut de recherche pour le développement (IRD), Unité de recherche « Nutrition, alimentation et sociétés » (UR 106), Institut d'études pour le développement économique et social (IEDES) Université de Paris I, 94736 Nogent-sur-Marne cedex <Pierre.Janinird.fr> * Ce travail a bénéficié du financement du projet Pluri, développé conjointement par l'université de Ouagadougou (FLASHS) et la Commission de coopération universitaire au développement du Conseil Interuniversitaire de la Communauté française de Belgique (CUD-CIUF).



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Adresse URL de la licence: @Cirad

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC