Ruissellement et érosion d'un sol volcanique tropical cultivé en systèmes intensifs en Martinique

B. Khamsouk, E. Roose

Résumé


Dans les Antilles françaises, les systèmes de culture (ananas, banane et canne à sucre) qui sont pratiqués intensivement sur des versants accidentés peuvent être sensibles à l'érosion hydrique en raison des pluies tropicales particulièrement agressives. C'est pourquoi une étude sur le terrain a testé l'influence de ces systèmes cultivés sur l'érosion du sol en Martinique. Celle-ci repose sur dix parcelles expérimentales cultivées (100-200 m2), situées sur un sol brun tropical volcanique, ou nitisol (classification FAO), présentant des pentes de 10, 25 et 40 %. Malgré des pluviosités annuelles différentes, les résultats de 1999 et 2000 sont comparables et permettent de distinguer le comportement des traitements testés face au ruissellement et à l'érosion. En effet, la plus grande partie des pertes en terre est due à une érosion concentrée, non sélective, dont l'écoulement évolue des rigoles aux fluages boueux quand la pente augmente. Mais quand les parcelles cultivées sont paillées par les résidus organiques de culture, le ruissellement et l'érosion deviennent très faibles, même sur de fortes pentes. Par conséquent, la lutte anti-érosive en culture intensive peut s'appuyer sur l'organisation du paillage qui permet de protéger efficacement le sol contre une érosion concentrée.

Mots-clés


science des sols ; agronomie

Texte intégral :

PDF


Affiliations

Société coopérative des maraîchers (SOCOPMA) Zone industrielle, Place d'Armes, 97232 Lamentin, Martinique <khamsoukwanadoo.fr>. IRD Montpellier, Avenue Agropolis, BP 5045, 34032 Montpellier, France <Eric.Roosempl.ird.fr>



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Adresse URL de la licence: @Cirad

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC