Performances des systèmes rizicoles irrigués sahéliens

J.C. Poussin, P. Boivin

Résumé


L'analyse des performances des systèmes irrigués sahéliens s'appuie sur des idées reçues, qui attribuent un poids prépondérant au paquet technique dans l'explication des résultats. L'analyse de la production de riz irrigué dans la vallée du Sénégal et à l'Office du Niger (Mali) montre au contraire l'importance de la maîtrise technique et de la dimension organisationnelle dans le fonctionnement des aménagements hydro-agricoles et des filières, ainsi que celle des stratégies qu'adoptent les producteurs face aux projets de développement agricoles et à leurs évolutions.

La marge de progrès de ces systèmes de culture, à technique et coût identiques, est forte : la redéfinition, avec les producteurs, des règles d'organisation à l'échelle d'un aménagement, en améliorant la qualité des interventions culturales, permet un accroissement important, voire un doublement de la marge brute dégagée. Les systèmes irrigués sahéliens peuvent donc être rentables sans révolution technologique (qui ne réglerait pas les problèmes constatés). Progresser suppose de la part des producteurs, une poursuite de leurs efforts de professionnalisation et une révolution du conseil agricole, avec notamment l'abandon d'une vision normative, orientée à la parcelle et ignorante de la dimension organisationelle de la production. Cela suppose de la part des institutions d'aide au développement, un engagement rigoureux, raisonné et durable, qui va au-delà de la formulation de projets.

Mots-clés


politiques agricoles ; système agraire ; eau ; irrigation

Texte intégral :

PDF


Affiliations

Institut de recherche pour le développement, BP 5045, 34032 Montpellier Cedex 1.



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Adresse URL de la licence: @Cirad

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC