La riziculture irriguée en Afrique sahélienne : rompre avec le pessimisme

C. Rigourd, I. Hermiteau, A. Nepveu de Villemarceau, A. Vidal

Résumé


L'analyse comparée de douze périmètres irrigués rizicoles d'Afrique de l'Ouest contraste avec la vision pessimiste de l'irrigation en Afrique sahélienne. Alors que la riziculture irriguée est souvent décriée, les résultats des périmètres étudiés sont encourageants, bien que très variables : la valorisation du travail se situe entre 1 000 et plus de 5 000 FCFA/h*j, les revenus nets par exploitation et par campagne s'échelonnent entre 100 000 et 400 000 FCFA et le prix de revient du kilogramme de riz varie de 97 à environ 229 FCFA/kg. Au-delà de ces résultats, l'irrigation améliore la sécurité alimentaire des familles en garantissant un rendement minimum et permet de satisfaire une nouvelle demande alimentaire. Les revenus monétaires rendent le milieu rural plus attractif, ce qui tend à limiter l'exode.

L'adoption de meilleures pratiques, lorsqu'elle est possible socialement et économiquement, permettrait une amélioration des performances. Même si des progrès techniques sont possibles, le véritable levier est organisationnel et la voie d'amélioration proposée passe par une professionnalisation des irriguants et une nouvelle forme d'appui conseil : organisation de la production à l'échelle du périmètre et de l'exploitation agricole, prise en compte de l'aval de la filière, responsabilisation des usagers pour la maintenance, tarification de la redevance hydraulique au coût durable, concertation et transparence dans la gestion.

Mots-clés


politiques agricoles ; système agraire ; eau ; irrigation

Texte intégral :

PDF


Affiliations

S/C SCAC PO Box 11987, Klein Windhoek, Windhoek, Namibie.



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Adresse URL de la licence: @Cirad

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC