Le lagunage à laitue d'eau (Pistia stratiotes) à Ouagadougou : une alternative pour l'épuration des eaux usées destinées à l'irrigation

D. Koné, G. Cissé, C. Seignez, C. Holliger

Résumé


L'épuration des eaux usées par lagunage et les autres techniques alternatives en Afrique de l'Ouest est un sujet encore mal documenté. Pourtant, la réutilisation des effluents de station d'épuration dans l'agriculture urbaine fait naître beaucoup d'espoir dans la lutte contre l'utilisation d'eaux usées brutes en maraîchage et dans la réduction des risques sanitaires liés à cette pratique dans les quartiers périphériques des grands centres urbains.

L'étude comparative des systèmes d'épuration collectifs en Afrique de l'Ouest, menée en 1993 par le Comité inter-africain d'études hydrauliques [1] montre que les techniques rustiques (ou alternatives) d'épuration telles que le lagunage à microphytes ou à macrophytes, réputées pour bien fonctionner dans les pays chauds, sont très faiblement représentées (10 %). De plus, la plupart des stations recensées sont en général hors d'usage.

Pourtant dans une étude expérimentale menée à l'École inter-États d'ingénieurs de l'équipement rural (EIER), sur une station de lagunage à laitue d'eau, nous obtenons un abattement supérieur à 90 % sur les matières organiques. Les concentrations en azote et en bactéries des effluents sont compatibles avec l'irrigation restrictive en maraîchage ou l'arrosage d'espaces verts.

Mots-clés


nutrition ; hygiène et alimentation humaine ; système agraire ; eau ; irrigation

Texte intégral :

PDF


Affiliations

Ecole inter-États d'ingénieurs de l'équipement rural (EIER), 03 BP 7023 Ouagadougou, Burkina Faso.



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Adresse URL de la licence: @Cirad

Cah. Agric. ISSN 1166-7699 Publié sous licence CC-By-NC