Utilisation en Afrique centrale d'un vaccin aviaire polyvalent

A. Provost, C. Borredon

Résumé


L'éventail relativement restreint des épizooties frappant les volailles autochtones d'Afrique centrale, l'absence apparente d'infection leucosique chez ces oiseaux, la raréfaction d'une main-d'oeuvre qualifiée imposant le minimum d'interventions vaccinales et la nécessité de l'immunisation à large spectre des volailles d'importation, ont conduit à l'adoption d'un vaccin vivant lyophilisé mixte contre la maladie de Newcastle, la variole aviaire et la typhose, inoculable en un seul temps dès la troisième semaine de la vie. Les deux premiers composants de ce vaccin sont obtenus sur cellules bovines en culture afin de ne pas transmettre d'infections aviaires; le troisième fait appel à S. gallinarum souche 9 R. Après 5 années d'expérience, les résultats enregistrés sur le terrain sont très satisfaisants

Mots-clés


Volaille; Immunologie; Vaccin; Maladie de Newcastle; Avipoxvirus; Épidémiologie; Salmonellose; Salmonella gallinarum; Méthode; Afrique centrale

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.19182/remvt.7581



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Droit d'auteur (c) 1968, CIRAD

Adresse URL de la licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Rev. Elev. Med. Vet. Pays Trop. ISSN: 1951-6711 Publié en libre accès