Protection antipestique conférée aux bovins par le virus de la rougeole. Application aux veaux passivement immuns par anticorps maternels

A. Provost, Y. Maurice, C. Borredon

Résumé


Utilisant la souche MB 113 Y du virus de la rougeole adaptée à la culture en cellules rénales bovines, les auteurs montrent que l'inoculation intramusculaire de ce virus au zébu réceptif à la peste bovine n'est suivie d'aucune réaction clinique bien qu'existe une virémie. Les bovins inoculés sont résistants pendant au moins 11 mois à la contamination bovipestique. Cette immunité est d'origine humorale (présence d'authentiques anticorps antipestiques) et peut-être cellulaire. Les bovins inoculés n'élaborent pas, ou à de très faibles titres seulement, d'anticorps antimorbilleux. Les veaux immuns de peste bovine par anticorps colostraux sont justiciables de l'inoculation avec la souche MB 113 Y qui leur confère une protection antipestique à un âge auquel le vaccin antipestique de cultures cellulaires serait inefficace. Devant le comportement biologique et immunologique particulier de cette souche morbilleuse, les auteurs expriment l'opinion qu'elle a une position intermédiaire entre les virus pestiques et morbilleux auquels elle aurait emprunté divers constituants antigéniques

Mots-clés


Bovin; Veau; Virus; Peste bovine; Morbillivirus; Anticorps; Immunité; Rougeole; Tchad

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.19182/remvt.7579



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Droit d'auteur (c) 1968, CIRAD

Adresse URL de la licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Rev. Elev. Med. Vet. Pays Trop. ISSN: 1951-6711 Publié en libre accès