Impact de la sédentarisation des éleveurs sur la production bovine au nord du Bénin

A. K.L.S. Sounon, A. Ickowicz, M. Lesnoff, S. Messad, H. Valls-Fox, M. R.B. Houinato

Résumé


Deux principaux systèmes d’élevage bovin cohabitent dans le bassin de la Donga au nord du Bénin : l’élevage semi-sédentaire et l’élevage mobile. Ce bassin, situé dans la zone agroécologique subhumide de l’Afrique de l’Ouest, a subi ces dernières décennies deux changements majeurs : a) une augmentation des besoins en produits animaux et b) l’expansion des terres cultivées qui entraîne une diminution de l’accès aux ressources fourragères et à l’eau, une plus grande mobilité des troupeaux, et des conflits plus fréquents entre cultivateurs et éleveurs mobiles. Face à ces contraintes, les pouvoirs publics privilégient la sédentarisation des éleveurs mobiles. L’élevage mobile étant pourvoyeur de jeunes animaux aux élevages semi-sédentaires, la dynamique de sédentarisation crée une incertitude quant à l’approvisionnement de la région en bétail bovin et en viande par un élevage semi-sédentaire qui deviendrait largement majoritaire. Pour appréhender la question de besoins croissants en produits animaux, la production de bétail a été simulée afin d’évaluer l’effet d’une incitation des pouvoirs publics à la sédentarisation des éleveurs mobiles. Les productivités numérique et en viande ont été simulées sous différentes hypothèses d’amélioration des performances zootechniques des élevages semi-sédentaires. L’ensemble des scénarios ont été construits à partir de l’hypothèse de l’augmentation du cheptel semi-sédentaire directement liée à la sédentarisation d’une partie des éleveurs mobiles. Une simulation obtenue à l’aide du modèle de projection démographique Dynmod suggère que la sédentarisation des éleveurs mobiles romprait la complémentarité locale entre les systèmes d’élevage et conduirait à une perte de production de viande. En outre, aucun des scénarios d’amélioration explorés ne suffirait à compenser la perte de production de viande résultant de la politique de sédentarisation. Pour maintenir la production de viande bovine par les éleveurs semi-sédentaires il faudrait développer les liens commerciaux régionaux avec les élevages des pays sahéliens.


Mots-clés


bovin; méthode d’élevage; effectif du cheptel; pastoralisme; productivité; modèle de simulation; Bénin

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.19182/remvt.31778



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Droit d'auteur (c) 2019, A. K.L.S. Sounon, A. Ickowicz, M. Lesnoff, S. Messad, H. Valls-Fox, M. R.B. Houinato

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Rev. Elev. Med. Vet. Pays Trop. ISSN: 1951-6711 Publié en libre accès