Analyse zootechnique et économique des systèmes d’élevage de porcs en Casamance (Sénégal)

W. Ossebi, S. B. Ayssiwede, F. Nimbona, R. Malou, A. E. Djettin, M. Diop, A. Missohou

Résumé


Afin de mieux cerner les caractéristiques zootechniques et économiques de l’élevage de porc, une étude diagnostique a été conduite de mars à juin 2016 auprès de 324 élevages porcins, sous forme d’enquêtes transversales et rétrospectives dans les trois régions de la Casamance au Sud Sénégal. Les résultats ont montré que l’élevage porcin était pratiqué à la fois par des hommes et des femmes mariés et instruits. Ils étaient majoritairement des ethnies Diola, Mancagne et Balante et associaient l’élevage à l’agriculture, à l’activité privée ou au commerce. Ils évoluaient dans trois systèmes d’élevage différents (traditionnel, semi-intensif ou intensif), avec une nette prédominance du système traditionnel (85,5 % des élevages). Ce dernier était caractérisé par des porcheries traditionnelles améliorées (51,1 %) ou des abris de fortune (28,4 %), où étaient surtout élevés les porcs de race locale (90,4 % des exploitations). La taille moyenne du cheptel était de 19,2 ± 20,1 porcs. Dans 97 % des cas les éleveurs nourrissaient les animaux à partir de déchets de cuisine et de sous-produits agricoles et agro-industriels. L’âge moyen de mise à la reproduction était de 7,6 ± 1,8 mois et la taille moyenne de la portée était de 7,4 ± 2,2 porcelets. Ce sous-secteur d’élevage a un réel potentiel de réduction de la pauvreté car il génère selon les systèmes des revenus nets de 5435 à 7566 FCFA par porc engraissé par an. Néanmoins, le manque de formation des éleveurs, les habitats porcins inadaptés, les contraintes alimentaires et sanitaires restent les principaux facteurs handicapant l’essor de l’élevage porcin dans cette région. Il serait utile de trouver des voies alternatives d’amélioration des conditions d’habitat, d’alimentation et de suivi sanitaire des porcs, accompagnées d’une meilleure organisation et d’un renforcement de capacité des producteurs et des autres acteurs de la filière porcine.


Mots-clés


porcin; système d’exploitation agricole; commercialisation; zootechnie; Sénégal

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.19182/remvt.31258

Affiliations

Fonds National des Recherches Agricoles et Agro-alimentaires (FNRAA) du Sénégal pour avoir financé ce travail; l'Institut Sénégal de Recherches Agricoles ; Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires; Ministère de l'Elevage et des Productions



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Droit d'auteur (c) 2019, W. Ossebi, S. B. Ayssiwede, F. Nimbona, R. Malou, A. E. Djettin, M. Diop, A. Missohou Poster

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Rev. Elev. Med. Vet. Pays Trop. ISSN: 1951-6711 Publié en libre accès