Ressources phytogénétiques, contrats et application de la Convention biodiversité à Madagascar : une approche prospective

G. Péchard, M. Antona, S. Aubert, D. Babin

Résumé


Établie en 1992 à Rio, la Convention sur la diversité biologique affiche parmi ses objectifs la réalisation d'un partage juste et équitable des avantages tirés de l'exploitation des ressources génétiques. Des compensations financières ou technologiques à l'accès aux ressources génétiques constituent des outils possibles en vue d'un tel partage. À Madagascar, le contrat s'impose comme support aux échanges liés à l'exploitation de la biodiversité. Cet article pose la question des types de contrats bilatéraux qui peuvent être envisagés dans le cas d'une espèce forestière (Prunus africana) et d'une espèce herbacée (Centella asiatica) d'intérêt pharmaceutique. Dans les deux cas, sont étudiées des modalités de contrats possibles afin de souligner les facteurs d'évolution et de blocage à la réalisation d'un partage conforme aux objectifs de la Convention sur la diversité biologique. (Résumé d'auteur)

Mots-clés


Plante médicinale; Exportation; Ressource génétique; Législation; Conservation de la nature; Ressource végétale; Conservation des ressources; Communauté rurale; Biodiversité; Centella asiatica; Prunus africana; Madagascar

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.19182/bft2005.284.a20281



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Droit d'auteur (c) 2005, Bois et Forêts des Tropiques

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Bois et forêts des tropiques - Revue scientifique du Cirad

Cirad - Campus international de Baillarguet, 34398 Montpellier Cedex 5, France - Contact - ISSN: L-0006-579X