Les plantations de teck villageoises en Côte d'Ivoire

G. Maldonado, D. Louppe

Résumé


Le Teck est planté en milieu rural depuis son introduction en 1929, dans la région de Bouaké en Côte d'Ivoire. Les plantations villageoises représentent environ 10 % d'une superficie totale de 55 000 hectares en 1998. Ces plantations très morcelées et de petite échelle généralement (0,5 à 10 ha) occupent pratiquement tout le pays en dehors de la zone de forêt sempervirente au Sud et cotoient souvent les abords des forêts classées. L'absence de sylviculture en dehors de traitement irrégulier en taillis en fonction des besoins des agriculteurs et des conditions écologiques parfois difficiles donnent aux arbres un aspect très branchu. Le Teck apprécié par les villageois aussi bien pour sa rusticité que pour ses qualités dans de nombreux usages locaux (essentiellement les perches et les piquets pour les constructions) représente avec l'exploitation de son bois, une source de revenus significative. Cette tendance récente incite de plus en plus d'associations villageoises et de propriétaires privés à réaliser leur propres plantations, encouragés en ce sens par la réforme forestière en cours dans le pays. (Résumé d'auteur)

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.19182/bft1999.262.a19975



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Droit d'auteur (c) 1999, Bois et Forêts des Tropiques

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Bois et forêts des tropiques - Revue scientifique du Cirad

Cirad - Campus international de Baillarguet, 34398 Montpellier Cedex 5, France - Contact - ISSN: L-0006-579X