Guiera senegalensis : espèce agroforestière ?

D. Louppe

Résumé


Sur les sols sableux du village de Thiénaba, cet arbrisseau de la famille des Combretaceae, possédant un fort enracinement, est simplement taillé au ras du sol au moment de la mise en culture en mai-juin, puis rabattu au cours des sarclages. Dès la récolte du mil et de l'arachide en septembre-octobre, il émet des rejets de souche qui ont un rôle de fixation du sol contre l'érosion éolienne (formation de petites élévations). Une étude menée suivant un sondage à 1,5 % montre que la production de bois de feu en poids sec est d'environ 225 kg/ha. Ramenée aux 250 ha du terroir et en déduisant les zones d'ou le guiéra est absent, cette production couvre environ la moitié des besoins de la population. Il est probable que cet arbuste joue donc un rôle essentiel sur le maintien de la fertilité (taux de matière organique, remontée d'éléments minéraux des horizons profonds)

Mots-clés


Biomasse; Système jachère; bois de chauffage; Production; Rejet de souche; Rotation culturale; Fertilité du sol; Arbuste; Production du bois; Recru; Guiera senegalensis; Sahel; Sénégal

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.19182/bft1991.228.a19705



Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Droit d'auteur (c) 1991, Bois et Forêts des Tropiques

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Bois et forêts des tropiques - Revue scientifique du Cirad

Cirad - Campus international de Baillarguet, 34398 Montpellier Cedex 5, France - Contact - ISSN: L-0006-579X